Les beaux jours font peu à peu leur retour, les caravanes des communautés de gens du voyage également. Ce samedi entre 16 heures et minuit, alors qu’elle menait une opération de contrôles, la police locale de La Louvière était mobilisée pour aller à la rencontre d’une communauté qui venait d’arriver dans la région. Après avoir temporairement pris ses quartiers sur un parking du côté de Saint-Vaast, cette dernière a été invitée, par le bourgmestre de La Louvière, à se déplacer sur un terrain plus adapté.

C’est donc finalement du côté de la rue Mercure, dans le zoning du terminal Garocentre, que la vingtaine de caravanes a pris ses quartiers. La police a assuré tenir la situation à l’œil et organisé des passages réguliers. De son côté, l’intercommunale IDEA, propriétaire des terrains, confirme qu’une convention sera proposée à la communauté afin d’encadrer l’occupation provisoire du site. "Il a été identifié comme terrain dédié à l’accueil momentané des gens du voyage", confirme Emilie Zimbili, en charge de la communication pour IDEA.

"Nous allons respecter la procédure habituelle en allant à leur rencontre pour leur proposer la signature de cette convention, qui les invite à se mettre en ordre en termes d’occupation. Ils devront prendre contact avec ORES afin de se mettre aux normes au niveau de l’alimentation électrique, avec la SWDE pour l’alimentation en eau potable et prendre contact avec un prestataire privé pour l’évacuation des déchets. Si elle est signée, la convention permet d’assurer la remise en ordre du terrain au besoin et des sanitaires sont mis à leur disposition."

Cette occupation temporaire, sur le site du Garocentre ou sur celui du zoning de Ghlin-Baudour, s’étale normalement sur un maximum de trois semaines. Une fois les premiers contacts établis, entre 16 heures et 19 heures, la police locale a poursuivi son opération de contrôles. Au total, ce sont 77 personnes et 59 véhicules qui ont été contrôlés. Un PV pour consommation de stupéfiants au volant été dressé. Le conducteur est privé de son permis de conduire pour une période de 15 jours.

Un autre PV a été rédigé à l’encontre d’un conducteur sous influence de l’alcool. Son permis lui a été suspendu pour une durée de six heures. Enfin, un PV pour défaut d’assurance et un autre pour validité dépassée de contrôle technique ont été dressés. Une cinquantaine de véhicules étaient par ailleurs rassemblés du côté des ascenseurs de Strépy mais à l’arrivée des services, tout le monde s’est dispersé. Aucun PV covid n’a donc été rédigé.