Les instances provinciales ont souligné que le maintien de l'équilibre "était loin d'être garanti il y a quelques semaines encore, tant la charge du financement des zones de secours imposée aux provinces est lourde." 

Le Hainaut doit consacrer 39,7 millions d'euros aux zones de secours en 2022. Pour trouver des marges de financement, les responsables provinciaux ont dû, chercher des recettes nouvelles, réduire les dépenses de plus de 13 millions, diminuer les subsides aux associations de plus de 18 %, supprimer certaines activités et renforcer encore le moratoire sur le remplacement du personnel. Le plan d'embauche de la province de Hainaut prévoit une baisse progressive de 10% du volume de l'emploi. Ce plan sera assorti de mesures d'accompagnement vers des réorientations professionnelles, de formations, de mutualisation des tâches. 

"Ce budget est sans conteste le plus difficile qu'il ne nous ait jamais été donné de boucler" a indiqué , le président du collège provincial, Serge Hustache. "Les objectifs qui nous sont assignés sont financièrement ahurissants. Aucune des mesures que nous avons prises ne l'a été de bon cœur."