Si vous souhaitez un jour vous marier dans la commune de Chapelle-lez-Herlaimont, vous pouvez déjà faire une croix sur l'idée du lâcher de colombes à la sortie de l'église ou de l'hôtel de ville. Les autorités communales chapelloise viennent en effet de prendre une ordonnance dans ce sens. Il est désormais interdit d'organiser "tout lâcher de volatiles (colombes, pigeons, ...) à l'occasion de festivités de mariage sur tout le territoire de l'entité."

Cette décision se base principalement sur des questions de bien-être animal. "Le lâcher de colombes peut aboutir à une situation d'abandons des volatiles", estime la commune. "Ces situations d'abandons obligent les services communaux à de multiples démarches auprès des associations venant en aide aux volatiles. Or, ces associations sont submergées par les situations rencontrées."

La mesure est venue de l'initiative de l'échevine en charge du bien-être animal, au départ d'une situation concrète. "Il y a quelques semaines, des colombes ont été lâchées lors d'un mariage célébré à l'hôtel de ville", raconte Nathalie Gillet. "Les personnes qui ont effectué ce lâcher n'ont jamais récupéré les colombes. Les oiseaux sont restés à errer durant plusieurs jours autour de l'hôtel de ville. Ils étaient voués à mourir car ce ne sont pas des oiseaux habitués à la vie en extérieur, surtout en ville."

Pour Nathalie Gillet, ce genre de pratique n'est pas du tout nécessaire. "Il y a de nombreuses alternatives pour célébrer un mariage : des pétales de rose, du riz, etc. Il suffit de les ramasser après la cérémonie. Alors qu'un lâcher de colombes peut apporter des situations d'abandon et de décès des animaux. Heureusement, cette pratique n'est pas très fréquente."

D'après nos recherches, Chapelle-lez-Herlaimont est la première commune du pays à prendre une telle mesure d'interdiction. Peut-être va-t-elle en inspirer d'autres...