La cacophonie continue dans l’épineux dossier de centrale TGV à Manage-Seneffe. Suite aux recours des riverains, d’associations et de la commune de Seneffe à l’encontre du permis délivré par la Wallonie pour construire une centrale "Turbine-Gaz-Vapeur" (TGV) à Manage-Seneffe, le Député du Centre, François Desquesnes a interrogé, ce mardi 17 mai, successivement la Ministre de l’Environnement C. Tellier et le Ministre de l’Urbanisme W. Borsus.

Pour rappel, les mêmes associations et communes avaient contesté, voici quelques mois, le permis délivré en première instance par les fonctionnaires délégués de la Région. S’agissant d’un permis unique (environnement et urbanisme), les deux ministres devaient accorder leurs violons pour trancher le recours administratif. Mais, chaque ministre ayant sa propre analyse du dossier, ils n’ont pu s’accorder et le permis initial a donc été confirmé.

Riverains, associations et commune de Seneffe ont annoncé il y a quelques jours avoir introduit un recours, cette fois devant le Conseil d’Etat. Le Député Les Engagés a donc interrogé successivement les deux ministres pour savoir si la Région allait désigner un avocat pour défendre – ou non – le permis wallon.

Et au vu des réponses respectives des ministres, François Desquesnes ne peut que constater qu’il y a, à nouveau de l’eau dans le gaz. La Ministre Tellier a en effet indiqué que pour défendre le permis, "un avocat a été désigné par l’administration, comme c’est systématiquement le cas. La procédure doit donc à présent suivre son cours."

Interrogé une heure plus tard, le Ministre Borsus a quant à lui déclaré : "En ce qui me concerne, je n’ai pas changé d’opinion, je ne vais pas aller plaider au Conseil d’État contre les arguments qui ont été retenus à l’examen du dossier pour le refuser. Je ne vais pas aller plaider l’inverse de ce qui a forgé ma conviction dans ce dossier. Je ne souhaite pas, et je ne me mandate pas qui que ce soit, pour aller défendre le permis, pour les volets aménagement du territoire et urbanisme. Nous sommes donc en concertation avec ma collègue pour les volets environnementaux pour définir une position commune en ce qui concerne notre expression au Conseil d’État."

François Desquesnes s’interroge sur la concertation annoncée par le Ministre Borsus alors que la Ministre Tellier a déjà décidé de défendre le permis. "Cette absence de dialogue entre les deux ministres régionaux est affligeante : il est temps de mettre fin à ce triste carrousel", indique François Desquesnes. "Tout cela coûte du temps et de l’argent, décrédibilise totalement la Wallonie tant auprès des citoyens que des investisseurs. La Wallonie mérite mieux à savoir une vraie stratégie énergétique et une planification en conséquence des investissements et de leur localisation."

Pour François Desquesnes, c’est au Gouvernement wallon d’orienter les investisseurs vers un site plus propice sur le territoire wallon que celui envisagé actuellement.