Centre Au total, près de 250 participants ont gravi les 784 marches de la tour.

Le tour du plan incliné de Ronquières, ses 784 marches et ses 144 mètres de hauteur en ont fait suer plus d’un ce samedi. Près de 250 participants, pompiers, policiers, militaires et civils, se sont lancés dans la Tour des défis. Parmi la centaine d’hommes du feu inscrits, une trentaine sont venus spécialement de Bretagne ou de Paris tandis que quatre autres sont arrivés de Biélorussie.

Vechar, Dzmitry, Sychou et Victor n’ont fait qu’une bouchée de cette ascension malgré tout l’attirail sur le dos. Tant en individuel, où ils terminent aux quatre premières places, qu’en binôme, le quatuor de Minsk a écrasé la concurrence. « Ce n’est pas un bâtiment commun. C’est très difficile parce que les marches sont très hautes. Mais le résultat est très bon donc nous sommes vraiment contents », sourit Vechar qui a réalisé le meilleur temps de la journée : 5 minutes et 11 secondes, exceptionnel !

© SH

À titre de comparaison, le meilleur civil (qui ne portait donc aucun équipement) a réussi 4 minutes 56 secondes. Et le meilleur pompier non-biélorusse, un Français, a terminé la montée en 6 minutes 34 secondes, soit plus de 80 secondes derrière Vechar. « Même si c’est vrai que nous sommes très bon dans cet exercice, nous sommes avant tout une équipe de véritables pompiers. Ce lundi, nous rentrons d’ailleurs à Minsk et nous retournons au boulot à la caserne. »

Ces pompiers de Minsk, la capitale, sont tout de même des habitués de ce genre de défi. « Nous faisons ce genre de challenge plusieurs fois dans l’année. Il y a des courses d’escaliers comme celle-ci, nous en avons déjà faite une chez nous à Minsk cette année et une autre est prévue en Pologne. Mais nous participons aussi à des Firefighter Combat Challenge qui sont des défis de plusieurs épreuves en lien avec le boulot de pompier. »

Cette fois, ils voulaient voyager un peu et se tester à la deuxième édition de la Tour des défis. « Nos amis belges nous connaissaient de réputation, je crois, et ils ont décidé de nous inviter. De notre côté, nous n’avons pas vraiment hésité et nous avons accepté. Nous sommes même venus accompagnés d’une équipe de télé biélorusse. Nous sommes arrivés vendredi après huit heure de trajet et nous rentrons ce lundi », termine Vechar qui laissera son record en place probablement durant quelques années.