Si le meilleur déchet est celui qui n’existe pas, l’alternative réside dans le fait de s’en débarrasser au mieux, c’est-à-dire d’une façon respectueuse de l’environnement. Malheureusement, certains gestes quotidiens vont à l’encontre de ce principe, comme l’illustre encore récemment le travail d’inventaire entrepris par l’équipe du Contrat Rivière Haine.

Le travail de fond des contrats de rivières de Wallonie consiste à parcourir les berges des cours d’eau afin d’y référencer les altérations et points d’intérêt. Malheureusement, sur notre territoire, les rejets d’eaux usées restent une problématique importante. Et pour cause : le consommateur wallon utilise en moyenne 100 litres d’eau par jour pour un usage domestique.

Si partie est consommée, la majorité de cette eau est utilisée pour se laver, faire le ménage, la lessive, la vaisselle ou encore les toilettes. Avant d’être rejetées dans la nature, ces eaux doivent être épurées, ce qui n’est pas toujours le cas. Trop souvent encore, elles se retrouvent directement dans un cours d’eau.

"Ces inventaires nous permettent d’élaborer un programme d’actions, qui passe aussi et surtout sur la sensibilisation", explique Céline Malengrez, chargée de communication. "Notre inventaire 2017-2019 recense par exemple 24% de points noirs, liés aux rejets illicites. En venir à bout est un travail de longue haleine, beaucoup de choses doivent être mises en place."

Dans la région, un important travail autour du raccordement aux égouts est mené. "Certaines vieilles habitations ne sont reliées ni aux égouts communaux, ni à une station d’épuration individuelle. Certains ménages ne savent tout simplement pas de quel raccordement ils bénéficient. D’où la nécessité de ne pas jeter tout et n’importe quoi."

Et de poursuivre : "Les stations d’épuration fonctionnent à plein régime mais tout ne peut pas être traité. On retrouve régulièrement des coton-tige ou des lingettes, ce qui fait partie des rejets problématiques." Pour pousser les ménages au bon sens et éveiller les consciences, la campagne de prévention "Ici débute la mer" a été lancée et adoptée dans plusieurs communes.

Pour les ménages qui souhaiteraient en savoir plus, un guide « Ma maison et mes eaux usées, les bons gestes » est disponible en ligne sur le site du Contrat rivière Haine.