Mieux vaut tard que jamais. Démunis en mars dernier face à la crise sanitaire, les hôpitaux de la région pourront désormais compter sur plusieurs respirateurs, mis à disposition par la province de Hainaut. Malgré des chiffres qui semblent repartir à la hausse, la situation n’est pas encore critique dans les services covid. Disposer de ce matériel de pointe reste cependant une sécurité bienvenue et nécessaire.

C’est ce 5 août que la Province de Hainaut a validé la mise à disposition d’une douzaine de respirateurs en faveur de trois premières institutions hospitalières, à savoir EpiCURA, Ambroise Paré et Jolimont. La Province avait acquis trente de ces machines en vue d’équiper les hôpitaux face à la pandémie. Ceux-ci étaient finalement arrivés fin juin, "à l’issue d’une procédure rendue compliquée par les urgences liées au covid sur le marché international" et ne seront distribués qu’à partir de la semaine prochaine.

Au total, 1,3 million d’euros avaient été débloqués pour l’acquisition de ce matériel demandé par les hôpitaux pour des besoins immédiats et dans la perspective d’une crise sanitaire de longue durée. "A l’issue d’une concertation entre les professionnels du secteur et l’école provinciale des ambulanciers-secouristes, ce sont 30 appareils respiratoires, 100 pousses-seringues et 150 appareils de monitoring de la saturation d’oxygène qui avaient été commandés. Et finalement réceptionnés à la veille des congés d’été", explique-t-on du côté de la Province.

Devant la hausse confirmée des chiffres de contaminations, le collège provincial a sollicité récemment les différentes structures hospitalières pour connaître leurs besoins. "Très rapidement, trois d’entre elles – le groupe Epicura, Ambroise Paré et le groupe Jolimont – ont sollicité le prêt de respirateurs. Une douzaine d’entre eux seront donc livrés dans les jours qui viennent dans 8 implantations sur les 19 que compte le Hainaut." Preuve que les besoins sont encore bien réels.

D’autres mises à disposition suivront en fonction de l’évolution de la crise sanitaire mais la Province annonce qu’elle gardera 5 machines "au titre de réserve stratégique pour pouvoir faire face à un pic de demandes, toujours possible." S’il aura fallu du temps pour que ce matériel puisse être mis à la disposition des professionnels de la santé, éreintés et sur le pont depuis de longs mois, il reste à espérer que ces respirateurs ne soient pas aussi indispensables qu’en mars dernier.