Centre

La rue de Buisseret et la rue du Miroir sont devenues provisoirement piétonnes.

Durant la semaine européenne de la mobilité, deux écoles de Seneffe ont testé le concept de rue scolaire : l'école communale de Seneffe et l'école libre de Seneffe. La rue de Buisseret et la rue du Miroir sont ainsi fermées aux véhicules motorisés chaque matin depuis ce lundi, de 7h30 à 9 heures, et chaque après-midi, de 15 à 16 heures. L'objectif étant de permettre à tous les élèves d’accéder aux établissements en toute sécurité et de réduire les pollutions liées aux gaz d'échappement des véhicules.

Après quatre jours de mise en place de ces deux rues scolaires, le bilan est déjà positif. "Parents et enseignants soulignent d'abord le fait que tout le monde est nettement plus détendu", observe Nicolas Dujardin, échevin de la mobilité douce. "Les enfants sont en sécurité et l'ambiance est plus sereine lorsqu'on se réapproprie ces rues qui sont souvent très encombrées et où des véhicules qui circulent à des vitesses excessives."

© DR

Autres constats : de nombreux parents ont privilégié un déplacement à pied et ont modifié leur comportement et leurs horaires pour anticiper les difficultés de stationnement liées aux fermetures des deux rues. "Mais il y a aussi des améliorations à apporter. Nous observons notamment que d'autres comportements émergent lorsqu'on bloque une rue. Certains parents font des demi-tours dangereux, stationnent sur les trottoirs ou se garent juste devant les barrières qui bloquent les rues. Ce qui peut créer d'autres risques."

Cette semaine de test aura en tout cas permis aux autorités communales, aux écoles et aux parents de se rendre compte de l'utilité de ces rues scolaires. "Nous voulons envisager la possibilité de mettre cela en place de manière permanente", confie l'échevin seneffois. "Mais nous voulons d'abord obtenir l'avis des automobilistes, des parents et des professeurs. Il faut organiser cela structurellement en tenant compte des différentes remarques. Tout cela doit être évalué. C'est un projet qui doit être construit avec les équipes éducatives et les associations de parents."

© DR