Un budget de 5.000 euros devrait être débloqué lors du prochain conseil communal.

La polémique des terrains de football synthétiques se poursuit un peu partout dans le monde. Et la Belgique ne fait évidemment pas exception. La semaine dernière, la ministre wallonne des sports Valérie De Bue (MR) a fait part de ses inquiétudes et a demandé que des analyses complètes soient réalisées afin de rassurer parents, enfants et toutes les personnes qui fréquentent les terrains synthétiques.

À Soignies, trois terrains et trois clubs de football sont concernés : le stade communal du Royal Soignies Sports, une pelouse de l’US Neufvilles et une autre au RSC Naast. Le conseiller communal François Desquesnes (Ensemble) a dès lors souhaité recevoir des éclaircissements sur les volontés de la commune. « Il faut s'assurer que les trois terrains soient conformes aux nouvelles normes wallonnes qui sont nettement plus restrictives que les normes européennes. »

© DR

Le chef de file du groupe Ensemble demande au Collège communal de procéder à une analyse indépendante des teneurs en HAP (NdlR : hydrocarbures aromatiques polycliques), métaux lourds et autres polluants des terrains synthétiques. Mais aussi de prévoir au budget 2019 de la ville une somme de 5.000 euros pour couvrir l’analyse des trois terrains.

La proposition sera faite lors du conseil communal de ce lundi même si une note de la ministre a déjà été envoyée à la commune de Soignies. « Nous ne voulons pas créer de jeu de majorité contre opposition », commente la bourgmestre Fabienne Winckel (PS). « Je veux que toutes les décisions soient prises dans le sens des Sonégiens. Et cette proposition va dans le sens de ce que nous souhaitions aussi mettre en place. »

Un budget devrait donc être débloqué afin de réaliser les analyses nécessaires. « La ministre a instauré des nouvelles normes donc nous voulons aussi évidemment savoir si les terrains les respectent. Il faut s’assurer qu’il n’y ait pas de danger pour les joueurs, les supporters et toutes les personnes qui vont sur ces terrains. Idem pour le projet du terrain de rugby qui devra tenir en compte toutes ces données. »