Voilà seulement quelques jours, Leslie Leoni (PS) n'était encore "que" l'échevine de la culture et du tourisme des Louviérois. Et puis le casting du Gouvernement est tombé le jeudi 1er octobre. La Tournaisienne Ludivine Dedonder a été désignée ministre de la défense. Et puis... "En tant que suppléante, j'étais effectivement amenée à reprendre un siège de député fédéral", raconte-t-elle. "Mais je n'avais jamais imaginé que ce scénario se produirait."

Naïvement, Leslie Leoni ne pensait pas qu'un ministre hennuyer serait désigné pour le Parti Socialiste. "Je m'étais fait un film qui m'arrangeait. Parce qu'au départ, je n'avais pas le désir de monter au fédéral étant donné que mon échevinat se passait super bien. Il faut savoir que je n'étais pas encore échevine lorsque je me suis présentée sur la liste PS au fédéral (NdlR : elle a remplacé Michel Di Mattia en juin 2019)."

Tout s'est donc précipité pour la jeune femme de 39 ans. "J'étais vraiment plongée dans mon boulot d'échevine sans penser qu'un tel changement surviendrait. Lorsque je suis allée me coucher le soir du 30 septembre, je ne m'imaginais donc pas tout cela. Et à mon réveil, j'ai rapidement vu que tout s'était accéléré. On m'a téléphoné en me disant que j'étais amenée à siéger au Parlement. Puis je n'ai eu qu'une heure pour prendre ma décision."

"J'avoue que j'ai beaucoup pleuré"

Et durant ces soixante minutes, toutes les émotions ont traversé son esprit. "J'avoue que j'ai beaucoup pleuré", confie-t-elle. "Je ne voulais pas quitter mon échevinat. Je désirais vraiment aller au bout des choses parce que tout tournait vraiment bien. Jusqu'au dernier moment, je ne voulais pas accepter. Puis je me suis dit que c'était peut-être la seule occasion pour moi de vivre une telle expérience. Je ne pouvais pas non plus faire rater à La Louvière l'occasion de décrocher un mandat supplémentaire à ce niveau de pouvoir."

© BELGA

Dans la foulée de cette décision, Leslie Leoni s'est rendue à Bruxelles pour être jetée immédiatement dans le grand bain en prêtant serment devant toute l'assemblée réunie exceptionnellement dans l'hémicycle du Parlement européen. "Je me suis retrouvée toute seule au milieu d'autres députés qui avaient l'habitude. C'était assez déstabilisant. J'avoue que j'ai eu vraiment du mal à y aller en sachant qu'aucun de mes proches ne pouvait m'accompagner."

"Me battre pour le statut d'artiste"

Depuis lors, celle qui rendra prochainement ses compétences échevinales (à un successeur qui n'a pas encore été désigné) est retombée les pieds sur terre en rejoignant à la Chambre ses collègues socialistes, dont l'autre Louviéroise Laurence Zanchetta. "Il y a eu directement le vote de confiance sur l'accord gouvernemental. C'était impressionnant pour moi. J'ai pris conscience de mes nouvelles responsabilités."

Ce jeudi soir, Leslie Leoni a par ailleurs reçu confirmation de son intégration au sein de la Commission économie et protection des consommateurs, du Comité d'avis des questions scientifiques et surtout de la Commission des affaires sociales. "Ce qui signifie que je pourrais me battre pour faire évoluer le statut d'artiste. Cet aspect-là me tient vraiment à cœur et cela me rassure d'avoir intégré des commissions qui sont les plus proches de ce que je suis capable d'apporter."

© DR