Lors de la dernière Commission de l'économie, de l'aménagement du territoire et de l'agriculture du Parlement de Wallonie, le député François Desquesnes interpellait le ministre de l'Aménagement du territoire, Willy Borsus, sur le dossier de la centrale turbine-gaz vapeur prévue à Manage. A la fin du mois de février, nous apprenions que le permis de construction de la centrale avait été validé par la non décision des deux ministres en charge du dossier que sont Willy Borsus et Céline Tellier, ministre wallonne de l'Environnement. Or, dans sa réponse lors de cette commission, Willy Borsus s'est montré opposé au dossier.

"Les éléments qui m’ont conduit à ne pas accepter de délivrer ce permis au regard de l’aménagement du territoire sont, à l’évidence, la proximité d’habitations au bout de cette petite rue notamment en terme paysager", explique Willy Borsus. "Il faut noter que c’est un bâtiment de 45 mètres de haut et des cheminées de 60 mètres. L’impact du panache de vapeur d’ombrage sur les habitations est un élément probable. Par ailleurs, à l’examen du dossier, il m’est apparu que celui-ci présentait des lacunes au moment de l’étude et dans l’élaboration de l’étude d’incidences, n’analysant pas de manière satisfaisante et convaincante les incidences paysagères".

Après s'être entretenu avec les équipes de la ministre Céline Tellier, Willy Borsus estime, du point de vue de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme, qu'un point de blocage est le faut que le bâtiment ne constitue pas un bon aménagement des lieux. S'étant rendu sur place, le ministre s'est donc rendu compte de la proximité entre la future centrale et les habitations alentours mais aussi de la situation du bâtiment qui se situerait à l'entrée même des communes de Manage et Seneffe. "Un autre point, c'est la présence imposante de ces bâtiments à proximité immédiate du rond-point Baccara qui constitue le point d’entrée ou en tout cas un des points d’entrée des communes de Manage et Seneffe", explique le ministre de l'Aménagement du territoire. "Notons que des sites classés ou d’intérêt paysager à proximité raisonnable doivent aussi retenir l’attention et que ce bâtiment ne me semblait pas, eu égard à sa dimension, intégré de façon paysagère. Je cite quelques éléments, mais je ne les cite pas de façon exhaustive".

Attentif à la question de l'énergie et à l'avis de la CREG (la Commission de régulation de l'électricité et du gaz) qui recommande de sortir des investissements dans des turbines gaz-vapeur, Willy Borsus se montre donc en tout point opposé à l'établissement d'une turbine gaz-vapeur sur le territoire de Manage. "Vous avez compris que, si cela devait être le cas eu égard aux éléments que je viens de mentionner, je ne me vois pas défendre un permis qui ne m’a pas permis moi-même de délibérer positivement au recours. Je ne vais pas défendre un permis que je ne souhaite pas accorder. Pour être totalement complet, nous avons de nouveau un recours, dont l’instruction doit encore se poursuivre, concernant la connexion électrique pour alimenter, au départ de cette éventuelle turbine gaz-vapeur, le réseau. Il s’agit d’un recours introduit dans le cadre d’un permis d’urbanisme qui me sera transmis prochainement".