Le débat sur la peine a lieu dans la foulée.

La cour d'assises a prononcé, vendredi, la culpabilité de Lorenzo Di Francesco pour le meurtre de Claudia Barbone, commis la nuit du 29 au 30 mai 2017 à Piéton. Les jurés n'ont pas retenu l'excuse de provocation plaidée par la défense, estimant que le critère de proportionnalité faisait défaut. Le débat sur la peine a lieu dans la foulée. 

Le meurtre n'était pas contesté en raison des déclarations du principal témoin des faits, la nièce du couple qui a vu son oncle frapper sa tante, et des constatations médico-légales. Les coups ont été portés avec une extrême violence, avec acharnement, dans des zones vitales (thorax et cou) avec une arme létale (un couteau).

Les juges ont estimé que la violence des coups était disproportionnée par rapport aux manipulations psychologiques dont l'accusé dit avoir été victime. Sa femme lui avait annoncé qu'elle avait un amant et qu'elle avait les moyens de le faire interner.