Le procès débute jeudi matin à la cour d'assises.

Gaëlle Buisseret, qui sera jugée dès jeudi pour le meurtre de son compagnon Steve Depla, comparaitra sous surveillance électronique devant la cour d'assises du Hainaut. Lundi, elle avait été privée de liberté à l'issue de l'audience consacrée au tirage au sort des jurés. Mardi, la chambre des mises en accusation lui a attribué un bracelet électronique, indique sa défense.

Gaëlle Buisseret a été inculpée de meurtre et placée sous mandat d'arrêt le 31 janvier 2018. Elle a bénéficié d'un bracelet électronique le 13 décembre 2018 et a été remise en liberté le 27 juin 2019. Lundi, lors du tirage au sort des jurés, elle avait été privée de liberté à la demande du parquet général qui a levé l'ordonnance de prise de corps. La défense a fait appel et, mardi, la chambre des mises en accusation a décidé de la placer sous surveillance électronique. 

Le 29 janvier 2018, peu après 20h00, la police a été appelée à intervenir sur la Place de la Chapelle-aux-Puits à Trivières où un homme était blessé après avoir reçu un coup de couteau. Steve Depla est mort, une heure plus tard, au sein de l'hôpital de Jolimont. 

Gaëlle Buisseret, sa compagne, a tenté de faire croire que le coup avait été porté par un inconnu mais un policier avait retrouvé une goutte de sang frais dans l'habitation. Ils ont ensuite appris que, durant la soirée, une énième dispute avait éclaté dans ce couple qui consommait drogue et alcool. Le procès débutera jeudi matin à 9h00 à la cour d'assises du Hainaut à Mons.