Près de 180 personnes se sont réunies ce jeudi soir à la Ferme Croisettes, à Ecaussinnes. Ils sont venus manifester leur mécontentement face au projet de Boucle du Hainaut. Là-bas, il est prévu que la future ligne à haute tension passe à quelques jets de pierre de cette ferme, en longeant la N57. C'est en tout cas la volonté d'Elia, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en Belgique.

Il n'en fallait évidemment pas davantage pour que Philippe Janssens, le propriétaire de la ferme, se mobilise. Avec d'autres Ecaussinnois, il a fondé le groupe des "Survoltés Ecaussinnes" sur Facebook. En quelques jours, plus d'un millier de citoyens se sont ralliés à ce combat. Et une partie d'entre eux s'est rassemblée physiquement pour préparer un plan de bataille en plusieurs temps.

© DR

Cela débutera par la distribution d'un toutes-boîtes à Ecaussinnes dès la semaine prochaine. "Nous donnerons une affichette pour que chaque citoyen montre son opposition au projet à sa fenêtre", explique Philippe Janssens. "Et nous fournirons aussi le courrier pré-rempli pour l'enquête publique qui se tiendra entre le 24 septembre et le 12 octobre. Nous espérons que les habitants totaliseront au minimum 500 courriers de protestation."

En parallèle, le collectif va miser sur la visibilité en plaçant des grandes bâches à différents endroits stratégiques. "En plus de cela, nous mettons en place une connexion avec les collectifs de citoyens des autres communes concernées par le tracé. Et puis nous sommes très actifs sur les réseaux sociaux."

Cette mobilisation s'ajoute au positionnement déjà clair des autorités communales. "Nous souhaitons d'ailleurs avancer en collaboration avec eux", signale Philippe Janssens. "Nous voulons les mettre devant leurs responsabilités et, via l'ampleur du mouvement, mobiliser des actions concrètes. C'est-à-dire faire appel à un bureau d'étude expérimenté ou un cabinet d'avocats. Et puis composer un dossier que la commune pourra faire remonter aux instances régionales."

Pour ces citoyens, ce projet serait une catastrophe. "Assurément pour tous les riverains directs de la ligne mais également pour tous les habitants d’Ecaussinnes. Et donc pour la commune dans son entièreté. Ce serait une catastrophe sur tous les plans : financier (dévalorisation immobilière), santé (cancer, leucémie infantile, dépression, etc.), écologique (animaux sur terre et dans l’air, terres, sentiers, etc.), environnemental (impact carbone, vue), et touristique."

© DR