Centre

Les différents devis ont été réalisés, des fonds seront bientôt recherchés.

Lentement mais sûrement. Le dicton colle parfaitement au projet de restauration de la maison du peintre Alexandre-Louis Martin. La petite cabane en bois de la rue Saint-Eloi, qui fait partie du patrimoine de Carnières, attend depuis plusieurs années de recevoir un coup de lifting. Mais les démarches sont compliquées pour le propriétaire des lieux, l’asbl Ligue des Amis du Peintre Alexandre Louis Martin (qui gère le musée dans l’ancienne maison communale de Carnières). Le bout du tunnel se rapproche cependant enfin.

L'association a récemment obtenu les devis de différentes entreprises. Le coût de l'ensemble du projet est estimé à environ 30 000 euros. "Nous aurons prochainement une réunion avec les agents de la restauration du patrimoine afin d'avoir leur avis", explique le président de l'asbl Thierry Bonnechère. "Une fois le feu vert reçu, nous lancerons des appels pour obtenir des fonds, probablement via un crowdfunding, car nous n'avons que très peu de moyens. En principe, nous commencerons à bouger à ce niveau là à partir de l'année prochaine."

Ce projet consistera en la restauration de la maison en bois mais aussi en la destruction de l'autre bâtiment situé juste derrière. "On remplacera la maison par une pelouse où sera installé un sentier didactique. Ce circuit évoquera l'histoire du passe-vite (NdlR : ustensile de cuisine créé en 1928 par le Morlanwelzien Victor Simon) et l'histoire du charbonnage Saint-Eloi qui se situait juste en face. La maison servira quant à elle de lieu d'exposition temporaire ainsi que de petit musée sur la vie du peintre."

Le peintre Alexandre-Louis Martin, célèbre dans toute la région, a vécu durant une vingtaine d’années dans cette maison, depuis sa naissance en 1887. Celle-ci a été cédée à l’asbl créée en 1945. Le peintre est décédé en 1954. Dans un premier temps maintenue en l’état, la maison a été mise en location à un privé à la fin des années 90. Le locataire a quitté les lieux il y a une dizaine d’années. Depuis, la maison était laissée complètement à l’abandon.