C'est une bonne nouvelle pour les habitants des trois communes qui longent le tronçon de la N59. Ce mardi, le député wallon, Mourad Sahli, questionnait la ministre wallonne, Valérie De Bue, à propos de la sécurisation du tronçon N59 Morlanwelz-Anderlues. La ministre a confirmé que des radars y seraient placés par la Région wallonne. " Des radars de franchissement des feux rouges et de vitesse seront planifiés au carrefour dit du Placard ainsi que radars de vitesse en approche du carrefour dit des Frères Sterck", a précisé Valérie De Bue. Ces installations débuteront vraisemblablement dans le second semestre de cette année, après la finalisation du dernier train de radars qui devait déjà être installé.

Une partie de la N59 avait déjà été sécurisée jusqu'à la hauteur de Morlanwelz. Des ronds-points y avaient été construits pour sécuriser l'endroit. Mais voilà, le tronçon qui longe les communes de Chapelle, Morlanwelz et Anderlues reste une zone accidentogène. "Les différents aménagements, réalisés depuis de nombreuses années, s'avèrent insuffisants pour répondre à la problématique grave qui persiste à ce jour", explique le député wallon, Mourad Sahli. 

Selon la ministre wallonne, la fréquence d'accidents corporels sur cette portion est plutôt proche de la moyenne régionale. Dès lors, la situation "n'est pas particulièrement alarmante." Valérie De Bue reconnaît, toutefois, que plusieurs accidents mortels s'y sont produits lors de ces dernières années. C'est pourquoi la ministre a contacté la police fédérale, qui gère la circulation et les contrôles routiers à cet endroit. Ensemble, ils ont pris la décision d'y installer dans un premier temps ces nouveaux radars. 

Une possibilité de procéder à des travaux de sécurisation devait être examinée par la ministre des travaux publics. Rappelez-vous, le tronçon n'avait pas été repris dans le plan d'infrastructures. Mourad Sahli n'a malheureusement pas eu d'autres informations sur ce dossier. 

Une réunion devrait avoir lieu dans le but d'objectiver les problèmes d'insécurité à cet endroit. Elle réunira le cabinet en charge de la sécurité routière, le SPW Infrastructures et  une CPSR au niveau provincial. L'objectif est de pouvoir apporter des solutions et des améliorations au niveau de ces carrefours. Une première étape donc.