Mi-mai, la RAAL levait le voile autour de son projet de construction d’un nouveau stade sur le site du Tivoli, à côté de l’infrastructure actuelle. D’une capacité de 8600 places, il devrait permettre d’accueillir les joueurs du club vert et blanc, mais pas seulement : les joueurs de rugby du RC Soignies y trouveraient également leur place. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui attendent d’en savoir plus sur ce nouvel ambitieux projet, porté par Salvatore Curaba et ses partenaires.

Il est vrai qu’à l’issue de la présentation de ce dernier par le club, de nombreuses questions restaient sans réponse. Pour satisfaire les plus curieux – et surtout les plus impatients – le club a décidé de répondre à la cinquantaine d’interrogations qui lui sont parvenues au rythme de dix questions par jour. On apprend ainsi que la question du nom n’est pas tout à fait tranchée mais que deux certitudes sont d’ores et déjà arrêtées.

"Ce ne sera ni le Tivoli, ni le stade Salvatore Curaba. Nous avons un accord de principe, qui doit être finalisé, avec la société Wanty. Le nom de l’entreprise devrait plus que probablement figurer dans le naming du nouveau stade", explique-t-on du côté du club. Un stade qui pourrait très rapidement sortir de terre si le projet de la RAAL est retenu par la ville, propriétaire du site, dans le cadre de son appel à projets.

"Si tout va bien, les travaux devraient démarrer en avril 2022. Nous espérons qu’il n’y aura pas de recours retardant cette échéance pour le permis de bâtir. L’objectif est de pouvoir disputer le match inaugural en août 2023. Cela peut paraitre ambitieux mais c’est tout à fait réaliste." Rappelons que le projet est soutenu par différents partenaires mais qu’il est à 100% financé par la RAAL via une augmentation de capital et des crédits bancaires.

Les enjeux sont donc importants, d’autant plus que les attentes des amoureux du ballon rond et supporteurs de la première heure de la RAAL sont grandes. C’est donc sans surprise que la nature de la pelouse utilisée a fait l’objet de différentes inquiétudes. "Il s’agira d’une pelouse hybride. Cela signifie que des fibres synthétiques seront injectées dans le sol. Ensuite, la pelouse est ensemencée. Ce type de pelouse permet de limiter les risques pour la pratique du football et du rugby. Cette surface permet une occupation de 15 heures par semaine."

Les dimensions de l’aire de jeux sont similaires pour les deux sports. "On retrouve une largeur de 68 mètres et une longueur de 105 mètres pour le football et une largeur de 68 mètres pour une longueur de 94 mètres pour le rugby, avec des en-but de 5,50 mètres. Précisons que les vestiaires et les bancs de touche sont compatibles. L’éclairage est en revanche plus exigeant pour le rugby." Toujours par rapport au rugby, on apprend que des discussions existent avec la Fédération belge et qu'il est possible que la finale des Play-Offs et de la Coupe de Belgique se déroule dans le stade louviérois, ainsi que quelques matchs de l’équipe nationale. Notons encore que les joueuses de la RAAL profiteront elles aussi du nouveau stade, dès qu’elles accéderont à la Super League.

Sous les tribunes, l'on retrouvera six bars, dont un bar dédié aux ultras. Enfin, la question très sensible du partage avec l’URLC devra encore être discutée dans les prochains mois. Il faudra donc encore patienter pour y voir plus clair.