Plus d’une semaine après l’incident, l’enquête se poursuit toujours pour découvrir l’origine des odeurs incommodantes et parfois irritantes ressenties par les habitants des communes de Seneffe (plus particulièrement Feluy et Arquennes) et d’Écaussinnes. Dans ce cadre, la commune de Seneffe annonce que "de nouveaux équipements de pointe sont en cours d’installation par la protection civile au sein de la société Afton."

C’est en effet sur le site de cette dernière que l’incident s’était produit le 28 juillet dernier. À la suite d’un problème technique, cette dernière avait dû mettre son installation en sécurité en envoyant les gaz dans la torchère. Les installations concernées ont depuis été mises à l’arrêt mais les nuisances sont toujours perceptibles par endroits. À ce jour, malgré les analyses déjà effectuées, la cause de ces odeurs n’a pu être identifiée avec certitude.

"L’ensemble des forces-vives sont en contact permanent, d’autres expertises sont également toujours sollicitées. La large cellule de crise mise sur pied par la commune de Seneffe se réunit quotidiennement", confirme la commune. Cette cellule regroupe les autorités locales bien sûr mais aussi plusieurs services techniques, la commune d’Écaussinnes, le centre de crise wallon et celui du gouverneur de la province de Hainaut.

"Les odeurs incommodantes ont pratiquement disparu. Néanmoins, la population peut être assurée que tous les moyens sont mis en œuvre pour garantir la fin des nuisances et sanctionner toute infraction environnementale." Début de semaine, la bourgmestre faisant fonction de Seneffe, Marie-Christine Duhoux, confirmait dans nos colonnes que plainte pourrait être déposée si la responsabilité de l’entreprise Afton était officiellement engagée.

L’ensemble des élus tentent de trouver des réponses aux interrogations, notamment afin de rassurer la population. À cet effet, la ministre de l’environnement, Céline Tellier, a été interpellée par le député sonégien François Desquesnes, qui réclame qu’une enquête approfondie soit diligentée. L’opposition seneffoise (Alternative Citoyenne et PS) a quant à elle fait usage de l’article 8 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal pour convoquer l’assemblée en urgence.

Cette demande avait en effet été formulée en début de semaine mais n’avait pas été suivie par la majorité. Ce conseil extraordinaire se tiendra le 12 août prochain. À Écaussinnes aussi, l’opposition étudie la possibilité de réclamer l’organisation d’un conseil d’urgence.