Il y a du nouveau dans le dossier des ossements retrouvés dans un puits le long du canal de La Louvière. Le Parquet de Mons confirme la mise sous mandat d'arrêt de trois individus, les deux premiers pour homicide volontaire et le dernier pour recel de cadavre. Concernant la période des faits, les ossements sont toujours analysés. À priori, les indices poussent à penser que les faits se seraient déroulés entre 2014 et 2015.

La victime était connue dans le milieu marginal. Elle n'était plus en contact avec sa famille, c'est pourquoi sa disparition n'a jamais été signalée auprès des services de police. Selon les informations du Parquet, le motif serait financier. À l'heure à laquelle nous écrivons ces lignes, les suspects sont actuellement auditionnés sur les faits.

Pour rappel, la police judiciaire fédérale, avec l'appui de la police scientifique, avait découvert les os d'un corps humain dans un collecteur à eau, en-dessous du pont de l'autoroute. Un important dispositif policier avait été mis en place lundi dernier, afin de procéder aux fouilles sur le chemin de halage. Une enquête est désormais en cours, et devrait déterminer le rôle de chacun.