Le bourgmestre assure que trouver de meilleures solutions à celles déjà proposées est difficile.

Les premiers habitants des péniches qui mouillent dans le bief de Ronquières ont donc quitté les lieux alors que des travaux doivent être entrepris très prochainement par la SPW. Les autres suivront prochainement. Pour le Service Public de Wallonie, tout a été fait pour permettre un déménagement dans les meilleures conditions possibles.

"Le déménagement débutera réellement le 22 juillet et nous comptons deux semaines pour que toutes les péniches soient déplacées", explique Mee Hwa Boulangé, porte-parole du SPW. "Nous pourrons alors débuter les travaux, qui consistent en l’abattage d’une trentaine de peupliers situés le long des berges et qui menacent de tomber. Le draguage de cette portion du canal est aussi prévue pour évacuer la vase qui s’y est accumulée ces dernières années."

Si la nécessité de ces travaux n’est en rien contestée par les habitants des péniches, ils entrainent inévitablement leur lot de désagréments. "Nous comprenons que la situation n’est pas simple mais c’est un mal pour un bien. De notre côté, nous prenons en charge l’eau, l’électricité, l’accès au WIFI via une antenne et le remorquage des bateaux qui ne disposeraient pas de moteur. Les habitants récupéreront bien sûr leur emplacement dès que nous aurons terminé."

Côté timing, difficile d’être précis. "Les travaux débuteront début août et se poursuivront jusqu’à la fin septembre probablement. En tenant compte du déménagement, cela fera environ trois mois donc." Un timing que le bourgmestre de Braine-le-Comte espère lui aussi respecté. "De notre côté, nous sommes plutôt dans un rôle de médiation et de contact, nous assurons notamment un relais entre le SPW et les habitants", explique Maxime Daye.

"Il est vrai que les délais ont été un peu courts, notre courrier est parti fin juin, lorsque toutes les informations étaient officiellement entre nos mains. Mais retarder le début de ces travaux n’aurait pas été une solution, l’impact aurait été plus négatif encore. De mon côté, je ne peux pas prendre de risques alors que certains arbres sont clairement menaçants." Ce matin encore, le bourgmestre et le SPW se sont entendus. L’attention a été attirée sur un manque possible d’alimentation en électricité.

"Nous comprenons que certains habitants émettent des doutes quant aux délais et sont dans l’inquiétude. Mais je pense que d’un côté comme de l’autre, des solutions sont proposées pour que cette situation provisoire soit le mieux vécue possible."