Les enfants ont beau tous être sages à l'approche des fêtes, certains n'ont malheureusement pas toujours la chance de recevoir la visite du Père Noël. Par chance, des âmes généreuses et altruistes se mobilisent pour tenter de résoudre ces injustices. C'est le cas d'Anaïs Lirio-Garcia et de son compagnon Nicolas Bucciarelli qui se battent depuis 2015 pour apporter un cadeau à ces petites têtes blondes moins chanceuses.

L'Opération Papa Noël a permis de gâter près de 1 500 enfants en 2018 et plus de 5 500 en 2019. Mais cette année, le mouvement explose tous les records. "Plus de 10 000 enfants pourront être parrainés cette année", sourit Anaïs. "La solidarité est plus présente que jamais. C'est vraiment incroyable. Nous avons pu bénéficier de la publicité de plusieurs influenceurs et même de footballeurs et cela a permis de faire connaître notre projet."

Malgré tout, Anaïs reste très pragmatique face à la situation. "Ce total de 10 000 enfants peut paraître énorme mais il faut savoir qu'il y a 80 000 enfants qui vivent sous le seuil de pauvreté en Belgique. Nous pensions donc aux 70 000 qui n'auront pas la chance de recevoir un cadeau via notre action. Nous estimons d'ailleurs que nous pourrions gâter encore plusieurs milliers d'enfants parce que nous avons suffisamment de parrains."

Ce sont en effet près 15 500 personnes qui se sont manifestées pour tenir le rôle de "lutin". "Chaque enfant inscrit est mis en binôme avec un parrain. N'importe qui peut parrainer un ou plusieurs enfant(s) et sera mis en relation avec lui pour lui offrir un cadeau. Cette personne prend en charge elle-même l'achat et la livraison du cadeau. De notre côté, nous orchestrons toute la logistique du parrainage et gérons les éventuels problèmes."

Cette année, l'opération s'est exceptionnellement achevée ce lundi 7 décembre afin d'assurer le suivi des colis et leur acheminement pour la semaine avant Noël. "Mais il est toujours possible de faire des dons via notre boutique en ligne", souligne Anaïs. "Tous les bénéfices liés à ces ventes servent au fonctionnement de notre asbl. Ils permettront aussi d'acheter des cadeaux de secours dans le cas où certains parrainages n'aboutiraient pas en dernière minute."

Epaulés par une équipe de plusieurs dizaines de bénévoles, Anaïs et Nicolas gèrent toute cette organisation depuis leur fief de Manage, là où ils ont emménagé voilà deux années. "Mais nous sommes originaires de Nivelles et c'est là-bas que nous avons lancé ce projet. Lors de la Saint-Nicolas de 2015, nous nous sommes rendus compte que nos deux enfants étaient trop gâtés alors que nous avions grandi plus modestement. Ce fut un électrochoc qui nous a donné envie de nous mobiliser pour les enfants moins chanceux."