Centre La longue rue Notre-Dame est passée en sens unique depuis quelques jours.

Un simple changement de sens de circulation peut perturber la vie quotidienne de nombreuses personnes. C'est en tout cas ce qu'estiment plusieurs dizaines de Morlanwelziens qui ont signé une pétition pour protester contre la mise en sens unique de la rue Notre-Dame. Cette réforme de la mobilité a été opérée il y a quelques jours, le 1er novembre, et elle ne fait clairement pas l'unanimité.

"Les habitants du quartier doivent faire des détours afin de se rendre chez eux", débute le citoyen à l'origine de la pétition. "Les automobilistes qui se rendent vers les écoles du Plateau Warocqué sont aussi confrontés à des détours incohérents. Les habitants des rues voisines n'ont pas d'autres choix que de faire plusieurs kilomètres afin de regagner leurs rues respectives. Les habitants des rues perpendiculaires sont lésés car leurs garages se trouvent dans la rue parallèle et n'ont plus qu'une seule alternative afin de s'y rendre : le tour de Morlanwelz. Enfin, le sens unique a pour effet d'accentuer la vitesse des voitures et cela crée un réel danger pour les piétons."

© DR

La rue Notre-Dame, l'une des artères de la commune, est désormais uniquement accessible en venant de la chaussée de Brunehault. En parallèle, le sens de la rue du Polichène a été inversé. L’objectif étant de créer un axe sortant protégé pour quitter Morlanwelz en toute sécurité. "Dans la rue Notre-Dame, il y avait énormément de problèmes de croisement de véhicules", répond François Devillers, échevin de la mobilité. "Les gens roulaient même sur les trottoirs. C'était devenu une zone dangereuse pour les riverains. Il y avait aussi souvent des files pour déboucher sur la chaussée de Brunehault."

L'échevin comprend néanmoins la position des signataires de la pétition. "Je ne suis pas sourd à toutes les remarques. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons décidé d'une période de test de six mois. Nous allons pouvoir régler les problèmes au regard de l'attitude des automobilistes. La police et le service mobilité vont effectuer des contrôles qui permettront de voir s'il n'est pas nécessaire de par exemple modifier une chicane. Pour les problèmes des riverains qui doivent allonger leur parcours, nous étudions différentes possibilités dont la modification de la rue Fond Folie."

Mais l'annulation de cette mise en sens unique, comme demandée par la pétition, n'est pas à l'ordre du jour pour le moment. "Cela ne fait que six jours, il faut que les gens s'habituent. Et il est encore trop tôt pour prendre une décision si radicale. J'ai aussi rencontré pas mal de riverains de la rue Notre-Dame qui se sentent plus en sécurité maintenant. Je peux d'ailleurs dire que les gens ne roulent pas forcément vite malgré le sens unique : seulement quatre personnes ont été contrôlées en excès de vitesse par le radar mobile depuis le 1er novembre."