Plusieurs mesures préventives ont déjà été prises.

Le 27 janvier dernier, le service environnement de la commune d’Ecaussinnes constatait une pollution au plastique dans les eaux de la Sennette. La présence d’une quantité importante de billes translucides avait en effet été observée sur les berges du cours d’eau et ce jusqu’à plus de 7 kilomètres en aval du zoning industriel. Le sujet est aujourd'hui passé sur la table de la commission de l'environnement au Parlement wallon.

"Suite au constat de la présence de ces billes, le département de la police et de contrôle du Service Public de Wallonie (SPW) a effectué une enquête en vue de déterminer l’origine de la présence de ces billes sur le cours d’eau", explique la ministre de l'environnement Céline Tellier (Ecolo), interrogée par la députée seneffoise Sophie Pécriaux (PS). "Cette enquête a débuté le 7 février et est toujours en cours."

Mais cette enquête n'a rien donné à ce jour. "La police de l'environnement n'a pas pu encore mettre en évidence d’infraction au permis d’environnement pour les sociétés contrôlées. La pollution pourrait être issue soit du déversement de billes sur les voiries du zoning en provenance des transporteurs, soit de l’accumulation de billes au cours du temps dans le bassin d’orage ou dans le réseau d’égouttage déversé dans un affluent de la Senette à la suite des fortes pluies observées ces derniers temps."

"Il est évident, qu’en fonction des conclusions de l’enquête, des mesures adéquates seront envisagées", poursuit la ministre. "Tant au niveau d’une adapatation des permis d’environnement des installations concernées qu’au niveau répressif. Si les enquêtes en cours parviennent à incriminer formellement les responsables de cette pollution."

Plusieurs mesures de précaution ont cependant déjà été prises. Avec d'abord la récolte de billes présentes sur le bassin d’orage puis la pose d’un filtre complémentaire à la sortie d’une unité industrielle de décantation et flottation chez un exploitant visité qui n’en était pas pourvu. "Ce type de dispositif doit permettre d’empêcher l’arrivée de ce type de produit dans le réseau d’égouttage."

Pour contre-carrer la piste des camions, une troisième mesure a été décidée : une soufflerie pour les camions, avant la sortie des sites. "Suivant les installations, ce dispositif est déjà mis en place ou est en cours d’essai. Il doit empêcher la dispersion sur les voiries du zoning de matières se trouvant accrochées aux citernes et conteneurs réalisant le transport."