Plus que jamais, les tensions sont vives entre le promoteur immobilier Wilhelm&Co et la ville de La Louvière. À tel point qu'une procédure de "sonnette d’alarme" a été déclenchée. Cette dernière contraint les parties à se réunir sous la présidence d’un acteur extérieur au différend afin de trouver une solution à la situation. La procédure entre en vigueur ce 1er septembre et court pour les trois prochains mois.

La remédiation parviendra-t-elle à les réconcilier ? C’est à espérer tant les enjeux, notamment financiers, sont importants. “Ce système de sonnette d’alarme porte très bien son nom, il est vraiment destiné à dire attention, remettons-nous autour de la table” , explique Jacques Gobert (PS), bourgmestre.

“C’est un principe qui avait été inscrit dans notre convention de partenariat, qui ne peut être utilisé qu’une seule fois et qui a vocation à geler la situation. Wilco nous a notifié de son souhait de faire appel à un médiateur indépendant récemment, il faut désormais se mettre d’accord sur un nom.” Les démarches en ce sens sont d’ores et déjà entreprises. “Il faut tout de même rester conscient que dans son courrier, le groupe fait aveu d’incapacité à concrétiser le projet ! De notre côté, nous avons toujours de l’espoir, nous tentons d’y croire. Mais il faut désormais que Wilhelm&Co se mette à l’ouvrage ! Communiquer dans la presse, envoyer des courriers, des recommandés, cela ne suffit plus. Il faut désormais avancer et consacrer son énergie à l’aboutissement du projet.”

Un projet qui prend du plomb dans l’aile depuis maintenant plus de dix ans… “Des engagements ont été pris et n’ont pas été respectés. Si Wilco nous reproche par exemple la construction de la place des Fours Bouteilles, je tiens à rappeler que cela lui incombait mais que nous ne voyions rien venir. Nous sommes allés décrocher des subsides et avons décidé de continuer à avancer. Aujourd’hui, oui, la ville avance et continuera d’avancer.”

Avec ou sans le groupe Wilhelm&Co, telle est la question. Quelques portes de sortie sont toujours accessibles aux deux partenaires avant un éventuel recours à la justice mais se font désormais rares…