Une peine de quarante mois de prison a été requise, mercredi, par le ministère public contre une femme poursuivie devant le tribunal correctionnel de Mons pour avoir porté un coup de couteau dans la cuisse de son compagnon. Les faits avaient eu lieu deux mois après sa sortie de prison, la prévenue ayant déjà été condamnée pour des faits similaires.

Le ministère public craint d'ailleurs qu'elle n'en vienne à tuer, à l'avenir. Le 16 juillet 2020, elle était couchée dans son lit avec son compagnon, en train de manger des biscottes. Ce dernier s'est plaint de miettes tombées dans la couche et elle a planté un coup de couteau dans la cuisse. Blessé, l'homme s'est réfugié chez une voisine et la police a été appelée sur les lieux. 

Selon l'avocat de la jeune femme, cette affaire a lieu dans le quart-monde et cette dame a réagi avec ses moyens suite à une agression. "C'est elle qui a reçu le premier coup, une claque derrière la tête. Juridiquement, il n'y a pas de provocation mais sans cette claque, il n'y a pas de coups de couteau. C'est un réflexe dans le chef de cette femme sans ressource, limitée intellectuellement", a déclaré Me Mairiaux dans sa plaidoirie. 

L'avocat a demandé au tribunal de ne pas rajouter quarante mois au deux ans de prison qu'elle purge actuellement. Le jugement sera rendu le 10 février.