Le ministère public a requis, devant le tribunal correctionnel du Hainaut, division de Mons, une peine de quatre ans de prison ferme contre trois individus poursuivis pour un vol avec violence commis à La Louvière, la nuit du 30 au 31 décembre 2021. Cette nuit-là, le premier prévenu, actuellement détenu préventivement, a appelé la police pour signaler un individu agressif et armé d'un couteau. L'appelant a montré aux policiers une trace d'un coup de couteau sur son manteau.

L'individu armé a le nez gonflé de sang et une plaie à l'arrière du crâne. Selon le substitut du procureur, les blessures étaient impressionnantes.

Les enquêteurs ont ensuite appris que les faits se sont déroulés en deux temps. Les quatre hommes ont passé le début de soirée dans un autre appartement où l'individu au couteau a reçu des coups. Son téléphone lui a été dérobé. Après cela, les trois hommes l'ont raccompagné chez lui où une autre scène de coups a éclaté.

Un sursis probatoire a été plaidé par l'avocat de l'individu qui est actuellement en détention préventive, alors que le ministère public estime que le prévenu n'a droit à aucune mesure de faveur "car les tribunaux ont tout essayé avec lui, en vain". L'homme a de très nombreux antécédents judiciaires.

Le deuxième prévenu, sous surveillance électronique, a contesté les faits. La première scène s'est déroulée chez lui et il dit avoir demandé aux autres de partir. Toutefois, il les a suivis sur la seconde scène et dit avoir voulu calmer le troisième prévenu, "comme devenu fou". Ce dernier a fait défaut à l'audience.

Enfin, le ministère public estime que l'homme au couteau n'a pas agi en état de légitime défense. Son avocat estime l'inverse et a plaidé la suspension simple du prononcé de la condamnation.

Jugement le 18 mai.