Les éoliennes, oui, mais pas près de chez moi. C’est en substance le discours encore tenu par bon nombre de citoyens, favorables aux solutions plus écologiques à condition qu’elles n’entraînent aucune répercussion sur le cadre de vie. Ce phénomène Nimby est bien connu des sociétés qui installent des éoliennes. Et c’est pour cette raison que la communication vers les citoyens est essentielle.

Ce jeudi soir, c’est Luminus qui se prêtait à l’exercice. La société, spécialisée dans l’éolien terrestre en Belgique, a en effet présenté aux riverains et aux administrations communales de La Louvière et de Binche son nouveau projet. Ce dernier vise l’installation de quatre nouvelles éoliennes, à cheval sur les deux entités. Si elles sont implantées, ces quatre éoliennes produiront chaque année 26 000 000 kWh d’énergie verte et permettront ainsi d’éviter l’émission de 5.500 tonnes de CO2.

"Pour Luminus, la lutte contre le réchauffement climatique est un engagement de chaque jour", souligne la société. "Nous investissons depuis plus de 60 ans dans la production d’énergie renouvelable. Luminus est numéro 1 en production d’énergie éolienne terrestre et hydro-électricité en Belgique. Avec son parc de 259 éoliennes, nous disposons d’une capacité installée de 658 MW, soit de quoi alimenter en électricité verte plus de 359.000 familles."

D’une capacité maximale de 3,5 MW par éolienne, la production estimée de ces quatre nouvelles éoliennes à La Louvière et à Binche est de 26.000.000 kWh par an, soit de quoi couvrir les besoins en électricité d’environ 7.400 familles. "Ces machines permettront une économie de 5.500 tonnes de CO2 par an par rapport aux émissions moyennes du mix électrique belge. Cette économie est comparable aux émissions d’environ 1.900 voitures diesel."

Et d’ajouter : "le projet éolien à La Louvière et à Binche aiderait la région wallonne à atteindre son objectif climatique de 100 MW installés chaque année, soit environ 30 éoliennes par an, objectif minimum fixé à l’horizon 2030." Les éoliennes se situeraient entre les villages de Bray, de Péronnes et de Maurage. "Le site en question présente un bon potentiel venteux, se situe à bonne distance des zones d’habitat environnantes et est facile d’accès."

Ce jeudi soir, les riverains et les administrations ont pu prendre connaissance de ces objectifs mais aussi de la méthodologie qui sera utilisée lors de l’étude d’incidence sur l’environnement. Cette dernière sera réalisée par un bureau d’études indépendant, qui tiendra compte des remarques émises. Les résultats seront par ailleurs mis à la disposition du public et des parties concernées.