La ville de La Louvière passe la seconde. Après avoir invité les citoyens à répondre à une étude en vue de redynamiser et d’améliorer l’attractivité du quartier de Jolimont, ce sont des ateliers qui seront prochainement organisés à destination des riverains. Ceux-ci sont fixés au 12 février prochain en matinée, au mercredi 9 mars en soirée et au mercredi 16 mars en soirée au sein de l'école fondamentale communale de Jolimont, rue des écoles à Haine-Saint-Pierre.

"La première phase, désormais clôturée, nous a permis de récolter des données qui sont aujourd’hui encore en cours d’analyse par le bureau d’étude. Elles nous permettront de déterminer les principaux axes de travail", explique Noémie Nanni (PS), échevine en charge de la participation citoyenne. "Ce qu’il en ressort, à ce stade, c’est la volonté de plus d’espaces verts et de commerces de proximité, de plus de mobiliers urbains et d’espaces de jeux sur la place."

La problématique de la vitesse excessive a également été abordée à plusieurs reprises par les répondants. Ce sentiment devra être objectivé par la ville grâce à une collaboration avec la police locale de La Louvière. "Nous espérons que les citoyens répondront présents et participeront à ces ateliers, suite logique de la démarche. Nous estimons qu’ils sont les plus à même à proposer des solutions et des pistes d’amélioration pour leur quartier."

Faire des citoyens des partenaires et des acteurs de leur cadre de vie, c’est la volonté clairement affichée aujourd’hui par le collège communal. "C’est vrai que ces derniers temps, les appels se multiplient pour leur donner la parole, que ce soit pour le quartier de Jolimont, pour le devenir de la friche Boch, pour le développement de la nature ou encore via la constitution des conseils consultatifs, qui seront bientôt au nombre de cinq grâce à celui de la jeunesse."

Reste à voir si, dans les faits, les demandes citoyennes trouveront écho auprès des autorités, qui doivent composer avec différentes contraintes, qu’elles soient administratives ou budgétaires. "Une fois que les ateliers auront été organisés, le point sera refait et nous verrons comment mettre tout cela en œuvre. Entre les demandes de permis et d’autorisation, plusieurs semaines ou mois peuvent s’écouler mais le processus suivra son cours."

D’autres quartiers seront par la suite concernés par cet appel à participation citoyenne.