Centre

Certains refuges de la région craignent une affluence record, conséquence notamment des nouvelles législations.

Les présidents et bénévoles des refuges de la région formuleront plus que probablement le même souhait en cette nouvelle année : que les abandons cessent enfin ! Mais les craintes sont bien réelles pour cette année 2019. "L’année 2018 a été très similaire à 2017. Nous avons accueilli 980 animaux pour 825 adoptions. Auparavant, nous étions les seuls dans la région. Aujourd’hui, la SPA de La Louvière est bien implantée. Et lorsque l’on additionne nos chiffres, on se rend compte que la situation est catastrophique !" , explique Marie-Rose Bruffaerts, la vice-présidente des Amis des animaux.

Au 27 décembre, ce sont 168 chats et chiens qui étaient abandonnés dans ce dernier refuge pour, heureusement, énormément d’adoptions (1 085). "Les abandons ont toujours existé. Mais je crains que les nouvelles législations entrées en vigueur ce 1er janvier ne suscitent une vague d’abandons supplémentaire. Elles sont nécessaires, mais nombreux sont ceux qui ne voudront pas investir pour pucer et/ou stériliser leurs animaux, surtout si ceux-ci sont déjà vieux. C’est déjà un constat que nous faisons depuis quelques mois…"

La vice-présidente redoute également une augmentation des dénonciations. "Depuis quelque temps, nous avons des appels de personnes nous précisant que tel ou tel voisin possède plusieurs chats qui ne sont pas stérilisés… Nous expliquons que la loi est effective au 1er janvier mais il est clair que les interventions seront plus nombreuses. Nous ne pouvons que rappeler que les stérilisations sont obligatoires et qu’en cas de difficultés des solutions existent… Dont l’abandon volontaire et les saisies."

Difficile pour les amoureux des animaux, dans pareilles circonstances, d’envisager la nouvelle année sereinement… D’autant plus que, d’ici quelques mois, les portées de chatons afflueront à n’en plus finir.