Centre

Le MR a pourtant réalisé un meilleur résultat que les Humanistes

La déception est amère chez les Réformateurs de la circonscription Soignies-La Louvière. Avec 14,72 % des suffrages, soit le troisième score de la région, le MR perd son siège et n'enverra aucun député au parlement wallon. Fait étrange mais lié à l'apparentement, soit le système de répartition des sièges qui permet aux listes de candidats qui forment un groupement d’additionner les voix qu'elles ont recueillies dans les diverses circonscriptions d’un même arrondissement.

Conséquence, le MR perd son siège au profit du CDH, qui ne récolte pourtant que 8,28 % des voix et ne se positionne donc que cinquième, derrière le PS, le PTB, le MR et Ecolo. “Nous restons la troisième force politique de la région et pourtant, c'est le petit dernier de la classe qui prend le siège. Pour beaucoup, c'est l'incompréhension, il y a un sentiment d'injustice”, souligne Olivier Destrebecq, nouvellement ancien député.

“J'ai reçu énormément de messages positifs à mon égard. Mais lorsque l'on s'investit en politique comme je le fais depuis de nombreuses années, cette défaite est difficile à avaler. J'avais co-signé un texte pour supprimer ce fonctionnement d'apparentement mais il n'avait pu aboutir. Je pense qu'aujourd'hui, le débat doit être relancé et le système revu. Cette composante perturbe selon moi l'exercice démocratique.”

Plus globalement, Olivier Destrebecq porte un regard inquiet sur les résultats de ce triple scrutin. “Ma principale inquiétude, c'est de constater que la région du Centre bascule véritablement à gauche. La population sera encore un peu plus paupérisée demain. Ce n'est pas avec la mentalité des partis de gauche que notre région sera tirée vers le haut.”

Comment envisage-t-il dès lors la suite de sa carrière politique? "Je ne vais pas réagir à chaud, je compte prendre le temps de la réflexion", précise-t-il. Le réformateur quitte le parlement et reviendrait donc à temps-plein à La Louvière.“Je vais pouvoir profiter de ma famille et de mes amis, ce que je n'ai plus fait depuis de nombreuses années. C'est une belle consolation.”