C'est sans conteste l'une des plus grosses bourdes politiques de ces dernières années qui a été faite par le MR ce jeudi. Outre la désignation de Sophie Wilmès, David Clarinval et Mathieu Michel au fédéral, il était question de remplacer Valérie De Bue par Denis Ducarme au Gouvernement wallon. Sitôt annoncé, ce changement dans l'exécutif wallon a fait réagir les observateurs avertis, car il enfreignait un décret de 2019 qui impose au moins un tiers de femmes dans le gouvernement régional.

Contraint et forcé, le président du MR Georges-Louis Bouchez a dû revenir sur ses choix. Valérie de Bue sera finalement maintenue au Gouvernement wallon tandis que Denis Ducarme redescend d'un échelon. Il quitte le Gouvernement fédéral pour devenir chef de groupe à la Chambre. Ce qui signifie qu'il reprend son siège de député MR qui était laissé jusqu'à présent au premier suppléant Benoit Friart.

Ce dernier se faisait une joie de pouvoir garder son siège de député jusqu'à la fin de la législature, soit 2024, avant de raccrocher. Mais finalement, le bourgmestre du Roeulx se voit perdre son poste. Il est donc contraint de faire ses adieux à ce Parlement fédéral qu'il avait rejoint pour la première fois en mai 2014. Le sort est similaire pour sa collègue libérale Isabelle Galant, seconde suppléante, qui fait les frais du départ de Marie-Christine Marghem. De deux ministres au fédéral (Marghem et Ducarme), le Hainaut n'a désormais plus aucun représentant de la famille des libéraux au sein du Gouvernement fédéral.

"Quand je suis parti, j'étais député. Mais quand je suis arrivé à Bruxelles, je ne l'étais plus"

"Je me suis rendu à Bruxelles pour assister au repas des parlementaires ce jeudi midi", raconte Benoit Friart qui a appris la nouvelle en cours de journée. "Quand je suis parti, j'étais député. Mais quand je suis arrivé à Bruxelles, je ne l'étais plus... Cela fait partie des aléas de la politique. Il n'y a jamais de certitude... La vie de député fédéral, c'est donc désormais terminé pour moi."

Le bourgmestre du Roeulx doit, il est vrai, tourner une page importante de sa carrière puisqu'il ne se représentera plus en 2024. "Mais j'aurais encore beaucoup d'occupations, que ça soit à la Ville du Roeulx ou à la Brasserie Saint-Feuillien. Je ne serai certainement pas inactif. Puis, je sais que d'autres jeunes de qualité seront là pour prendre la relève après 2024. En politique, il faut beaucoup s'investir et savoir aussi passer la main à d'autres qui arrivent avec d'autres idées et une nouvelle énergie."