Le bourgmestre tire un bilan positif mais point les soucis de mobilité.

Le Ronquières Festival est désormais derrière nous. Place aux différents bilans : la sécurité, les interventions médicales ou encore la mobilité. Du côté des secours, ce sont 379 interventions qui ont été dénombrées durant les deux jours. "Nous en avons 122 le samedi et 257 le dimanche", détaille Maxime Daye, le bourgmestre de Braine-le-Comte. "Il y'a eu une évacuation le samedi et deux le dimanche."

L'affluence du festival a atteint des records (48 000 personnes) mais les interventions médicales ont tout de même diminué. "C’est vrai que c'est moins que l’année passée. La météo a été plus favorable que l'an dernier où l'on avait connu la canicule au moment du festival. Concernant l'aspect sécurité, tout a été vraiment maîtrisé. La police n'a eu aucune intervention importante à faire. Sur le plan sécurité et médical, c'est donc vraiment une très bonne édition."

En revanche, certains problèmes de mobilité ont été déplorés aux abords du site. "Il faudra que l'on travaille là-dessus. Notamment sur la signalisation et la fluidité du trafic pour arriver jusqu'aux parkings. C'est globalement la même chose dans les autres festivals mais c'est tout de même un point à améliorer pour l'année prochaine. Je pense aux axes en venant de Seneffe et de Nivelles qui ont été problématiques, surtout le samedi puisque ça a déjà été en partie corrigé pour le dimanche. Nous allons aussi essayer de favoriser encore davantage les navettes pour réduire le nombre de voitures."