Centre

Une solution aurait été trouvée, un ramassage devrait être organisé dans les prochains jours.

C'est une véritable décharge à ciel ouvert. Depuis plusieurs semaines, les poubelles des locataires de la cité Jardin, à Saint-Vaast, ne sont plus ramassées. Conclusion, elles s'accumulent et offrent à tous un spectacle déplorable… Et odorant. Il n'en fallait pas plus pour qu'une locataire pousse un coup de gueule public après avoir multiplié les démarches dans l'ombre.

“ Nous avions initialement des enclos grillagés afin d'entreposer les sacs ménagers d'un côté et les sacs bleus d'un autre côté. En juillet dernier, suite au non-respect de ce système par plusieurs locataires, Centr'Habitat a décidé de condamner l'accès à ces enclos ”, regrette Georgina Simon, locataire depuis février 2018.

Évidemment, les sacs se sont accumulés sur la voie publique. “ Je suis consciente que certains ne respectent rien, que certains sacs ne sont pas conformes. Mais nous ne sommes pas tous sans allure ou irrespectueux. Pour ma part, je paie ma taxe immondice. Et j'ai des obligations, notamment celles de bien trier, j'ai aussi des droits, dont celui d'avoir des poubelles ramassées régulièrement. ”

Après plusieurs contacts avec Centr'Habitat, l'intercommunale Hygea et finalement la ville de La Louvière, la jeune maman a décidé de rendre publique cette problématique. Les réseaux sociaux auront une nouvelle fois joué leur rôle puisque selon toute vraisemblance, la situation devrait être réglée dans les prochains jours.

“ J'ai récemment proposé à un éboueur de mettre des gants et de l'aider à ramasser une dizaine de sacs ! Je sais que le métier n'est pas facile, que certains ne respectent rien. Mais est-ce à moi à en payer le prix ? Il y a 47 appartements dans cet immeuble… À raison d'un sac blanc par ménage et par semaine, faites les comptes ! ”

Contacté ce mercredi en fin d'après-midi, Centr'Habitat confirme que la situation est problématique mais insiste : elle n'est plus de son ressort. “ En tant que propriétaires, nous n'avons pas en charge la gestion des déchets. Mais nous avions décidé de prévoir un enclos pour plus de facilité et de propreté ”, explique Sergio Spoto, directeur-gérant.

Une solution qui n'a finalement jamais eu les effets escomptés. “ Les clos étaient remplis de sacs non-conformes, à tel point que l'intercommunale a pris la décision de ne plus ramassé. Nous avons condamné les clos et poussé les locataires à remettre leurs sacs sur la voie publique, comme cela se fait partout ailleurs. ”

Sauf que… “ Cette solution n'était pas la bonne non plus. Aujourd'hui, nous sommes face à un problème de salubrité publique ! Le nécessaire a été fait auprès de l'échevin compétent pour qu'un ramassage soit organisé. Nous espérons que ce sera le cas d'ici peu. ” Une fois ce ramassage effectué, quid de la suite ? Pas question de rendre l'accès aux enclos.

“ Mais nous sommes proactifs et désireux de trouver des solutions : pourquoi pas s'inscrire dans un projet-pilote de conteneur enterré et à puce ? Mais il nous faut des partenaires pour mener à bien ce genre de projet. Si l'intercommunale se montre intéressée, c'est une solution qui sera à envisager. ”