Centre

Ce n'était plus arrivé depuis 1919.

Les premiers rayons de soleil perçaient à peine ce dimanche que déjà, les pèlerins montois quittaient la collégiale Sainte-Waudru en vue de rejoindre ceux de Soignies, qui s’étaient élancés une heure plus tard – vers 7 heures donc – de la collégiale Saint-Vincent. La rencontre entre les reliques des deux saints, Sainte-Waudru et Saint-Vincent, saints patrons des deux cités, était particulièrement attendue.

Et pour cause, l’événement est tout à fait exceptionnel : les deux saints, qui furent époux, n’avaient plus été réunis depuis 1919, lorsque les autorités religieuses avaient décidé d’organiser une manifestation en leur honneur afin de les remercier pour la paix revenue. La première fois est plus ancienne encore puisque c’est en 1349, alors qu’une épidémie de peste ravageait la région, que les chasses de Mons et de Soignies avaient été réunies durant huit jours à Casteau. Par miracle, la peste avait disparue.

Plus d’épidémie de peste à combattre aujourd’hui mais un moment symbolique à célébrer. Quelques minutes avant 10h45, les reliques arrivaient face à l’église de Casteau. "Réunir Sainte-Waudru et Saint-Vincent est un événement exceptionnel », confirmait le Doyen de Soignies, qui parlait également au nom du Doyen de Mons. « La dernière fois que cette réunion a eu lieu, 80.000 personnes y avaient assisté. Nous ne sommes pas aussi nombreux cette fois mais c’est malgré tout une belle assemblée", souriait-il en n’oubliant pas de remercier les pèlerins.

En effet, ce sont des centaines de personnes qui avaient répondu à l’invitation des fabriques d’église de Casteau, Mons et Soignies, des comités des processions de Soignies et de Mons, de la confrérie Saint-Vincent, des dames marcheuses de Sainte-Waudru et des asbl Musée du Chapitre et C’est à Casteau.