De nombreux accidents ont déjà été constatés à ces endroits.

Les habitants de Carnières (Morlanwelz) et de Piéton (Chapelle-lez-Herlaimont) en sont bien conscients : sortir du village pour emprunter la N59 est toujours un vrai exercice. Les carrefours formés avec cette route régionale qui relie Seneffe à Anderlues s'avèrent en effet dangereux, voire accidentogènes. Plusieurs drames de la route n'ont d'ailleurs pu être évités ces dernières années à ces endroits.

"Plusieurs milliers de conducteurs utilisent journellement la N59, Seneffe direction Thuin et passant par les communes de Chapelle-lez-Herlaimont, Morlanwelz et d'Anderlues", observe Mourad Sahli (PS), député wallon et ancien échevin de Chapelle-lez-Herliamont. "Bien qu'une partie de cette nationale soit sécurisée jusqu'à hauteur de Morlanwelz, par essentiellement, des ronds-points, le tronçon Morlanwelz-Anderlues ne l'est pas et constitue un réel danger pour les citoyens de nos communes."

© DR

Or, ce tronçon dessert deux villages peuplés de plusieurs milliers d'habitants via un croisement entre cette nationale et les entrées de Piéton et Carnières. "Sortir ou rentrer dans ces deux villages est un réel calvaire pour les citoyens qui doivent utiliser ce tronçon pour, soit conduire leurs enfants dans différentes écoles de la région, soit se rendre dans les communes voisines", insiste Mourad Sahli qui a interpellé le ministre de la mobilité Philippe Henry (Ecolo).

L'aménagement de ronds-points ou l'installation de feux lumineux pourrait constituer une solution, selon le député. Mais rien n'est encore prévu. "Je dois donc examiner dans quelle mesure il sera possible de financer une amélioration de la sécurité de ce tronçon au cours de cette législature, en tenant compte des nombreuses demandes qui me sont adressées et du budget disponible", répond Philippe Henry.

Le ministre est toutefois conscient du danger de cet axe. "La sécurité est un sujet important. Cet axe, à deux fois deux voies, fait l’objet d’un régime de vitesse de 90 km/h et de réductions à 70 km/h aux abords desdits carrefours. Ces aménagements actuels sur cette section ont été réalisés voici de très nombreuses années. Les carrefours sur cet axe ont jadis, fait l’objet d’une liste de besoins développée par mon administration. Ils n’ont cependant jamais été repris par l’ancienne majorité dans le Plan Infrastructure."

Espérons donc qu'une solution soit trouvée rapidement. Notons qu'une révision du nouveau Plan infrastructures est toujours attendue.