Initialement, la construction de l'unité pilote devait débuter en avril 2020.

L'usine Petiva ne sera pas construite dans l'immédiat à Seneffe. Le projet de fabrique de sucre "zéro-calorie" avance bien mais il faudra encore patienter au moins deux ans pour le voir aboutir. "Le dossier n'en est pas encore au stade d'une demande de permis", confie Geneviève Finet, chef du service développement économique au sein d'IDEA. L'intercommunale est impliquée puisque le terrain concerné, à la rue Jules Bordet (à côté de Vandemoortele), lui appartient.

Une unité pilote est censée d'abord être construite dès le mois d'avril 2020 pour finalement produire les premières tonnes d'allulose à la fin 2021. "C'est d'abord un dossier de recherche et développement qui demande la mise au point d'un pilote", poursuit Geneviève Finet. "C'est seulement sur base des résultats de ce pilote que pourra être configurée la future usine, qui fera alors l'objet d'une demande de permis."

On pourrait donc imaginer la construction de l'usine à l'horizon 2022 ou 2023. La première annonce de ce projet remonte pourtant déjà à 2017. La société indienne Petiva, à l'origine d'un sucre 100% naturel et sans calorie, officialisait sa volonté d'investir quelque 150 millions d'euros à Seneffe. La première étape a été franchie en mai 2018 avec la constitution de la société Petiva Europe SA avec son siège à Seneffe. Il était ensuite prévu de lancer la construction du projet pilote industriel pour finalement implanter l'usine en 2021.

Fabriqué sur base d'un processus unique qui utilise du sucre classique transformé via des enzymes, ce fameux sucre "zéro calorie" s'avère être jusqu'à vingt fois moins calorique que du sucre classique. L'unité pilote devrait d'abord produire 21 000 tonnes d'allulose pour arriver à 30 000 tonnes après trois ans. Ces "sucres rares" ne sont pas encore autorisés au sein de l'Union européenne mais les démarches administratives dans cette voie sont en cours. Dans un premier temps, l'usine devrait donc exporter uniquement aux Etats-Unis. Une cinquantaine d'emplois directs pourraient être créés à terme.

Rappelons que le projet d'usine de "vrai sucre" porté par la Coopérative des betteraviers transformateurs (CoBT) du côté de Feluy est quant à lui sur le point de naître. La construction des bâtiments le long de l'autoroute E19 devrait débuter au printemps prochain. Sa mise en service est prévue pour 2022. Avec ces deux projets ambitieux (qui s'avèrent être complémentaires), Seneffe deviendra dans quelques années l'un des pôles européens du sucre.