Centre

Une fois ce chantier terminé, c'est le pont de la chaussée de Marche qui sera fermé.

Depuis le début du mois de juin, il est impossible de traverser le pont de la rue de Tyberchamps qui surplombe le canal Charleroi-Bruxelles à Seneffe. Une grande déviation perturbe ainsi le quotidien des riverains. Les usagers venant de Seneffe doivent emprunter la route Baccara puis l'autoroute E19 et la A501/ Et inversément pour ceux qui viennent de Manage.

La durée du chantier était estimée à l'époque à 90 jours ouvrables. La réouverture était donc initialement espérée pour la fin de l'automne. "Le chantier a pris du retard" , explique le Service Public de Wallonie, en charge des travaux. "L’entreprise est tout de même toujours dans son délai. Le SPW met tout en œuvre pour réduire au maximum le délai de fermeture du pont. Actuellement, le tablier du pont a fait l’objet d’hydrodémolitions, les joints ont été démontés et les travaux de réparation débuteront prochainement."

Suivant les conditions météorologiques, il ne serait donc pas étonnant que les travaux durent jusqu'au début de l'année 2020. Une fois ce chantier achevé, ce sont les habitants d'Ecaussinnes et de Feluy qui seront impactés par un autre. "Les travaux de rénovation de la chaussée de Marche à Feluy viennent d’être adjugés" , annonce le SPW. "Les travaux sont prévus au printemps mais ne seront lancés qu’après finalisation et réouverture du pont de Tyberchamp de manière à réduire au maximum les impacts négatifs sur la mobilité."

Quant aux travaux du pont de Soudremont (qui se situent à environ 5 km en amont vers Charleroi du pont de Feluy et 1,6 km en amont du pont de Seneffe), ils n’interviendront qu’après les deux premiers. "Les travaux ne sont pas encore adjugés. La fermeture d’un de ces deux ponts n’a pas d’impact pour les véhicules sur la fermeture du pont de Soudromont étant donné qu’une déviation est possible via le pont de Binche sur le chaussée de Mons (N27) à 900 m en aval (vers Bruxelles) du pont de Soudromont."

Pour rappel, ces trois rénovations poursuivent la série entamée avec le pont de Triboureau, dont le chantier s'est achevé au printemps. "Le SPW veille ainsi à entretenir son parc de manière séquentielle en limitant les impacts sur la mobilité."