Centre

Plusieurs mètres cubes de déchets ont déjà été collectés.

Depuis mardi et jusqu’à vendredi, le Contrat de Rivière procède au nettoyage de l’ancien canal Charleroi-Bruxelles, en collaboration avec le SPW-Département Nature et Forêt et la commune de Seneffe. Le travail est colossal puisque ce sont de nombreux mètres cubes de déchets qui sont ramassés, collectés et pris en charge par la commune de Seneffe.

"Il s’agit d’une opération annuelle. Nous sommes actuellement six sur le terrain et nous ressortons de l’eau de tout : des pneus, des barrières Nadar, des chariots de supermarchés, des panneaux de signalisation,… et en surface, énormément de cannettes ou de bouteilles en plastique", commente Philippe Neusy, cantonnier du CRSenne.

© DR

Malgré les campagnes de sensibilisation, force est de constater que certains trouvent toujours plus facile de se débarrasser de leurs déchets dans la nature… "Les gens sont très négligent. Les déchets appellent les déchets, on entre alors dans un cercle vicieux. Certains objets que l’on sort de l’eau ne sont pas visibles depuis les berges, ils nous sont indiqués par des riverains, par exemple. Il nous faut donc utiliser une barque par exemple, ou une corde et un grappin pour les sortir de l’eau."

© DR

Bien sûr, l’organisme communiquera sur les résultats de cette opération, malheureusement toujours bien nécessaire. "Nous avons débuté nos opérations au niveau de la rue du Pont de l’origine et nous poursuivrons jusqu’à Ronquières. Nous en sommes déjà à cinq ou six mètres cubes de déchets ramassés, et ce n’est pas fini", poursuivait encore le cantonnier. "Laissés dans l’eau, ils se dégradent et polluent. Le plastique se décompose en particules, qui sont alors ingérés par la faune marine…"

Les effets et conséquences, parfois dramatiques pour les animaux qui peuplent nos cours d’eau, sont connus… Malheureusement, cela ne semble pas suffire à la prise de conscience de certains.