Trois années seront nécessaires pour restaurer les vitraux de la Chapelle du Saint-Nom.

Cela fait plus de 120 ans que les vitraux de la Chapelle du Saint-Nom, l'une des trois chapelles de la Collégiale Saint-Vincent, attendaient cela. Leur restauration va enfin pouvoir se concrétiser, plus d'un siècle après la dernière. Réuni ce mardi soir, le conseil communal de Soignies a en effet approuvé les conditions et le mode de passation pour la restauration des vitraux de cette chapelle. 

Ces travaux comprennent, entre autres, la restauration de vitraux, la mise en place d’une verrière de protection des vitraux, les ferronneries, de nouveaux systèmes de barlotières, les maçonneries, ainsi que la restauration de pierres et briques de façades. "Actuellement, la plupart de ces vitraux d'originie sont stockés dans un atelier de sauvegarde", explique Etienne Cortembos, président de la fabrique d'église. "Ils ont été enlevés il y a une dizaine d'années et remplacés par des vitraux clairs."

Le projet sera réparti en trois phases étalées sur trois ans. Dès cette année, le chantier sera installé et débutera la dépose des vitraux, la restauration des façades et maçonneries, le renouvellement des barlotières ainsi que la pose d’une verrière de protection. En 2021, on passera à la restauration des vitraux en atelier tandis que la troisième phase, en 2022, prévoit la remise en place des vitraux restaurés en pose muséale. Le montant estimé pour ces interventions s'élève à 381 071 euros mais le financement se fera également en trois phases : 183 690 euros en 2020, 111 611 euros en 2021 et 85 770 euros en 2022. 

"Une partie du crédit (135 000 euros) permettant cette dépense est d’ores et déjà inscrite au budget extraordinaire de l’exercice 2020 et sera financée sur fonds propres et subsides octroyés par l’Agence Wallonne du Patrimoine", précise la Ville de Soignies. "Le montant complémentaire nécessaire (48 690 euros) sera quant à lui prévu en modification budgétaire du budget extraordinaire 2020 sous réserve de son approbation par les autorités de tutelle. Le marché sera lancé par procédure ouverte."