Centre

La plus grande fête sonégienne, c'est ce week-end.

Les Sonégiens s'apprêtent à faire la fête durant tout le week-end. La Siméplourd est de retour, comme chaque 3e week-end d'octobre. Samedi, à 19h30, le dénommé Simpélourd sortira une nouvelle fois de la gare de Soignies, comme s’il revenait de voyage, pour être accueilli par les autorités et la foule nombreuse. Il grimpera alors dans sa décapotable et distribuera des poignées de carabibis, ces succulentes babeluttes sonégiennes. Au total, ce sont 600 kg de bonbons qui seront lancés dans la foule.

Des fanfares, des gilles et bien d’autres groupes folkloriques ainsi que les géants Dudule et Joséphine accompagnés de leur fille Charlotte, escorteront ensuite Simpélourd à travers la ville pour le mener jusqu'au balcon de l’Hôtel de Ville. Profitant alors de l’inattention des badauds, Simpélourd se retirera et sera remplacé par un mannequin qui restera exposé les trois jours suivants, jusqu’à ce qu’il soit brûlé le mardi soir. On le conduira à la potence où il sera pendouillé, imbibé d’essence et enfin brûlé.

© François-Xavier Allard

A l’occasion de ce week-end de fête, les métiers forains s’installeront sur les places Verte et Van Zeeland pour une kermesse qui ravira petits et grands.

Simpélourd, c'est qui ?

Plusieurs versions existent quant aux origines du personnage de Mononk Simpélourd. La plus vraisemblable est celle d’un Sonégien, abandonné par sa femme, qui voulut se venger de ses amis moqueurs. Il les invita à dîner mais remplaça le plat de jambon par un appétissant morceau de bois peint. Pour le punir de cette stupide plaisanterie, ils promenèrent l’effigie du farceur à travers toute la ville. Symbole de la liesse populaire, une statue de Simpélourd trône aujourd’hui en face de l’Hôtel de Ville.

Dans la réalité, Simpélourd est joué par Eric Simon, un Sonégien de 55 ans qui en est à sa 21e édition avec ce costume sur les épaules.