Avec l'octroi des subventions, le club peut se mettre à rêver.

Soulagement au Rugby Club Soignies. La Région wallonne va octroyer un subside de plus d'1,2 million d'euros pour son projet de nouvelles infrastructures. A savoir, la création d'un terrain synthétique ainsi que d'un bloc comprenant des vestiaires, une salle de musculation ainsi que des salles de cours, notamment pour subvenir aux besoins de la Green Academy, le module de sport-études rugby. Le projet est estimé à plus d'1,5 million d'euros.

Le ministre Jean-Luc Crucke (MR) a été séduit par les idées et les ambitions du club sonégien. "Je me suis rendu sur place vendredi dernier", expliquait-il en réponse à une interpellation de la députée Jacqueline Galant (MR) en commission ce lundi. "J'ai vraiment été émerveillé par la manière dont les personnes qui sont en charge de cette organisation s'impliquent dans un dossier avec des moyens qui, sur le plan technique, ne sont pas à la hauteur des mérites de ses dirigeants."

Mais c'est avant tout le professionnalisme du RC Soignies qui a joué en faveur de l'octroi des subsides. "Fondé en 1974, le club compte aujourd'hui plus de 500 membres. Il est doté d'un conseil d'administration que l'on peut qualifier de professionnel, composé de nombreux spécialistes dont un directeur sportif rémunéré à temps plein. Inscrit en D1, ses résultats, tant en équipe de jeunes que première, peuvent être qualifiées de remarquables. Je relève par ailleurs leur démarche au niveau de la formation des jeunes au travers de la Green Academy."

Pour la Coupe du Monde et les JO 2024

Les ambitions du club qui découlent de cette organisation sont donc grandes. D'abord soutenir le plan stratégique de la ligue francophone de rugby et assurer la croissance du centre de formation. Mais pas uniquement. "Le club veut devenir la base wallonne pour les entraînements des équipes nationales belges ainsi que pour l'accueil de délégations étrangères, notamment à l'occasion de la Coupe du monde 2023 en France et des Jeux Olympiques de 2024, en France également", assure le ministre.

Sensible à ce projet structurant, le cabinet du ministre des infrastructures sportives souhaite aller encore plus loin. Il étudie la faisabilité d'inscrire ce projet sportif dans le cadre de "Wallonie Ambition olympique", qui vise à créer un environnement adéquat pour les athlètes en vue des JO 2024. "Il sera soumis à notre expert olympique, Jean-Michel Saive, dans les plus brefs délais afin d'obtenir un avis avisé quant à cette opportunité."

Mais il faudra avant toute chose réaliser ces fameux travaux attendus avec impatience depuis trois ans. Les premiers coups de pelle devraient être données d'ici la fin de l'année 2020.