Les Sonégiens peuvent partager leurs idées jusqu'au 7 juin.

Citoyens de Soignies, les déchets ont besoin de vous pour disparaître. Rassurez-vous, on ne va pas vous demander de sortir pour ramasser les détritus dans la rue : tout se passera devant votre écran d'ordinateur, confortablement installé. La Ville de Soignies vient en effet de lancer une consultation numérique où il est possible à chacun de faire entendre sa voix. L'objectif étant de mettre sur pied un programme d'actions puis de le mettre en oeuvre après l'été.

Si Soignies lance cette initiative aujourd'hui, c'est avant tout parce qu'elle a été désignée commune pilote pour l’élaboration participative d’un plan local de propreté. Késako ? Il s'agit d'un ensemble d’actions coordonnées visant à réduire la présence de déchets sauvages et de dépôts clandestins sur le territoire, en combinant plusieurs types d’actions, de manière équilibrée : actions de sensibilisation, de nettoyage et de répression, amélioration des infrastructures de propreté et meilleure gestion de l’espace public.

"Les questions relatives à la propreté publique, à la présence de déchets sauvages et de dépôts clandestins préoccupent un grand nombre de citoyens", assure la Ville de Soignies. "Elles conditionnent, en effet, le sentiment de bien-être et de sécurité dans nos espaces de vie. Les actions publiques en la matière, et notamment celles des communes, sont nombreuses et souvent coûteuses en temps, en ressources humaines et financières."

C'est la raison pour laquelle Soignies a répondu à l'appel à candidatures lancé par le ministre wallon de l’environnement, appuyé par Be WaPP asbl. La Cité de la pierre bleue fait partie des lauréats et rejoint ainsi 60 autres communes engagées dans une démarche similaire, un peu partout en Wallonie.

Dans un premier temps, un diagnostic détaillé a été dressé, incluant un ensemble de faits et chiffres glanés par les services communaux, mais aussi des éléments plus qualitatifs issus du regard des usagers du territoire. "A ces fins, une première soirée de travail a été organisée le 20 février dernier, avec un panel d’acteurs sélectionnés pour la diversité et la complémentarité de leurs profils. Ils ont contribué à identifier les nuisances prioritaires à combattre et aidé très concrètement à repérer une série de points noirs, via un exercice de cartographie participative."

Pour aller plus loin, il s’agit à présent de rassembler toutes les bonnes idées pour combattre ces points noirs. Chaque Sonégien peut ainsi donner son avis via cette plateforme en ligne