Alors que le taux de premières doses administrées atteint les 20% en Belgique, les autorités promettent depuis plusieurs mois l’accélération du rythme de vaccination. Avec le lancement, la semaine dernière, de la plateforme de réserve Qvax , les principaux centres ont déjà pu faire appel à plusieurs volontaires. Mais voilà, tous n’avaient pas droit à ce privilège, dont le centre de vaccination de Soignies.

Ce vendredi 9 avril, les vaccinateurs ont malheureusement dû faire face à des désistements, laissant plusieurs vaccins en rade. Alors que l’on sait qu’ils doivent être utilisés immédiatement, les médecins ont eu recours à une méthode plutôt insolite. Dans un premier temps, avec l’aide des militaires, le responsable du centre a arrêté des automobilistes sur le boulevard. L’opération n’a pas eu l’effet escompté.

Face à l’urgence, il a fait preuve de créativité. Le responsable s’est rapidement dirigé au Carrefour Market pour lancer un appel aux volontaires au microphone de l’hypermarché. "17 personnes de plus de 56 ans avaient rendez-vous pour se faire vacciner avec l’Astra", explique Étienne Van Honacker. "Cependant, elles ne sont pas venues et n’ont pas annulé leur rendez-vous. Notre centre ne bénéficiant pas de la plateforme QVAX et ne souhaitant surtout pas gaspiller ces doses précieuses, nous nous sommes rendus dans les alentours pour proposer aux personnes volontaires de plus de 56 ans une vaccination immédiate au centre de vaccination." Une méthode révélatrice de la détermination du corps médical à accomplir la mission, puisque 17 individus ont ainsi été vaccinés en respectant les protocoles.

Cet évènement montre la méfiance de la population, depuis les nombreuses polémiques. "Notre centre réalisait la vaccination des personnes inscrites avec l’AstraZeneca", précise le docteur. "Durant cette semaine-là, la Belgique a décidé de réserver l’utilisation de ce vaccin aux plus de 55 ans, à la suite notamment de l’avis de l’Agence européenne des médicaments. Même si l’EMA indique que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportent toujours sur les risques, la population en reste inquiète et nous pouvons le comprendre."

Dès lors, les listes de rendez-vous ont été analysées afin de respecter les consignes des autorités. Plus de 60 personnes contre-indiquées étaient concernées. Les plannings ont donc été revus, ainsi que les doses disponibles dans le but de les vacciner avec Pfizer. Le système Qvax fonctionne, depuis ce lundi, à plein régime dans le centre de vaccination de Soignies. Ce témoignage nous montre à quel point, il était d’ailleurs nécessaire.