Plus de 20 jours après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la solidarité continue de s’organiser en Belgique. Des milliers d’Ukrainiens ont fui les combats et trouvent désormais refuge chez nous, avec les enjeux que leur accueil représente. Dans la Cité des Loups, les autorités communales ont également décidé de se mobiliser. Le bourgmestre, Jacques Gobert (PS), a ainsi déclenché la phase de pré-alerte du plan d’urgence communal.

Afin de garantir un accueil digne et de qualité des réfugiés, attendus en nombre au cours des prochains jours et des prochaines semaines, diverses mesures vont être prises. La salle omnisport de Bouvy va être affectée à l’accueil d’urgence des réfugiés avant leur relogement dans des familles d’accueil. "Les activités sportives seront donc temporairement déplacées vers d’autres infrastructures", signale le bourgmestre.

Les bâtiments publics non occupés, et donc disponibles, ont quant à eux été identifiés. Ils pourront désormais être réquisitionnés si les besoins en logement se confirment. Des logements que les Belges ont, dans la mesure de leur possibilité bien entendu, également accepté d’ouvrir au peuple ukrainien. Une vérification concernant la salubrité et la capacité d’accueil des ménages qui se sont proposés pour cet accueil sera toutefois réalisée par des agents du service logement, accompagnés d’assistants sociaux.

"Des contacts seront également pris avec les Ukrainiens déjà présents sur notre territoire pour faciliter les communications et la traduction", ajoute encore Jacques Gobert, qui espère que la barrière de la langue ne sera pas un frein à l’intégration et à la prise en charge des réfugiés. "Tout cela représente une charge de travail social et administratif supplémentaire. Pour y faire face, des moyens supplémentaires vont être dégagés."

Enfin, un appel aux dons auprès des citoyens sera prochainement lancé afin de récolter des biens de première nécessité, indispensables aux nouveaux arrivants.