C’est une bien triste nouvelle que vient d’apprendre la SPA de La Louvière. Le refuge s’est étonné que la justice autorise la mère de Tayla à récupérer, une nouvelle fois, l’un de ses chiens. Un cadeau de Noël de la Justice qui passe très mal pour les défenseurs des animaux.

"C’est un profond sentiment d’écœurement qui a touché l’ensemble de notre équipe en ce jour de réveillon", annonce Gaëtan Sgualdino, directeur de la SPA de La Louvière. "Nous avons appris ce matin qu’un juge s’est prononcé favorablement pour la restitution d’un des chiens saisis au lendemain du drame qui s’est joué à Strépy-Bracquegnies le 11 juillet dernier et qui a coûté la vie à la petite fille de 8 ans, Tayla."

Le refuge ne digère pas cette décision de justice. Il ne compte d’ailleurs pas s’y plier. "Bien évidemment, il est inenvisageable pour notre refuge de restituer un animal à la mère et d’accéder à son souhait, nous ne craignons pas un nouveau procès", indique Gaëtan Sgualdino. "Avec cette information, notre équipe découvre avec stupeur qu’aucune autorité n’aurait pour intention d’interdire à cette personne d’avoir un chien sous sa responsabilité. Nous constatons également qu’aucune autorité judiciaire ou administrative n’aurait le souhait d’empêcher la restitution d’animaux dans un contexte qui pose la question de la maltraitance et du bien-être animal, dont nous nous voulons soucieux, et que ces questions sont toujours ouvertes dans le dossier judiciaire."

La mère de Tayla ne retrouvera donc pas son chien dans l’immédiat malgré le jugement favorable prononcé par la justice. La SPA de La Louvière conclut en disant "regretter que l’on ne l’écoute pas et qu’on ne l’entend pas sur les réserves très fortes qu’elle exprime à l’égard de la mère de la victime."