Le ras-le-bol est – une nouvelle fois – total au sein des casernes. Ce mercredi, les pompiers de La Louvière, notamment, l’ont visuellement exprimé en entreprenant une petite action de grogne. Objectif : s’opposer au projet d’une loi sur la suppression du régime horaire de 24 heures pour les pompiers belges. "Touche pas à nos 24 heures", tel était le message affiché sur les véhicules d’intervention et sur les grilles du poste de secours de La Louvière.

Cette opposition ne concerne bien sûr pas que les pompiers de la Cité des Loups, mais bien l’ensemble des hommes du feu. "Le métier de pompier est un métier totalement à part de la majorité des autres métiers, que ce soit dans sa structure, son mode de fonctionnement, son implication ou son impact physique et émotionnel", écrivait pour l’ensemble des pompiers de Belgique le Caporal Xavier Vanderbecken à l’attention de la ministre de l'intérieur Annelies Verlinden (CD&V).

© D.R.

"Les pompiers voient des choses et vivent des situations peu communes, qui marquent. Et ces choses, ils continueront de les vivre que ce soit en 24, 12 ou 8h de travail. Ce régime de 24h permet d’avoir 72h de repos qui suivent pour ceux qui en ont besoin, afin de se ressourcer, voir leurs proches et profiter de leurs enfants. Faire du sport aussi pour se défouler et tellement d’autres choses qui nous permettent de remettre le couvert sereinement la garde d’après. En prenant une garde de congé, nous sommes directement 7 jours à la maison. De quoi être encore plus frais."

Pas question, dès lors, de réduire ces heures. "Un régime en 12h par exemple, ferait que nous serions plus souvent à la caserne, avec moins de temps de repos entre les gardes, et donc moins d’occasions de “souffler”, de voir sa famille. De plus, un pompier qui devrait monter de garde 12h de nuit, vous partez du principe qu’il se reposera la journée avant mais c’est une grosse erreur. Il fera plein de trucs qui feront qu’il arrivera tout autant, voire plus fatigué que s’il avait simplement commencé une garde de 24h au matin."

Plusieurs élus sont montrés au créneau pour défendre les pompiers et se positionner à leur côté. C’est le cas, chez nous, du député Éric Thiébaut, par ailleurs président de la zone de secours Hainaut-Centre." Une fois encore, on nous dit qu’il faut protéger les pompiers de leur propre enthousiasme : comme d’habitude, d’autres personnes n’étant pas pompiers et ne vivant pas ce régime, savent mieux que nous ce qui est bon pour nous", poursuit le caporal. "Ça devient une habitude générale ces derniers temps d’établir des lois contre la volonté des gens pour leur soi-disant bien-être. Ça se rapproche doucement de la dictature."

Dans son écrit, le caporal rappelait encore que "sans vouloir être menaçant, le monde politique a déjà pu constater de quoi des pompiers en colère sont capables et je peux vous assurer qu’avec un tel projet de loi, vous aurez la toute grosse majorité des pompiers de Belgique en colère et prêts à le montrer au besoin." Force est de constater qu’à La Louvière, la mobilisation se prépare, en douceur et discrètement… Avant d’éventuelles réelles manifestations.