Eva n'a plus qu'à souhaiter à ses bourreaux de s'en sortir un jour, c'est la seule chose qui lui reste, alors que Yacin, Matthew et Cassi lui ont pris tout le reste, la nuit du 5 janvier 2020, quand ils sont venus braquer son night-shop à Manage.

"Je ne leur souhaite que de s'en sortir, de trouver la paix. S'ils sont emprisonnés, qu'ils se rendent bien compte du mal qu'ils ont fait autour d'eux, et qu'ils travaillent, comme moi, pour gagner leur vie, au lieu de mettre en l'air celle des autres", dit-elle au tribunal correctionnel de Charleroi après s'être constituée partie civile, face à ses trois bourreaux, respectivement emprisonnés à Jamioulx, Nivelles et Namur. Dans une prise de parole de quelques minutes, en essayant de surmonter les sanglots, Eva, gérante du night-shop braqué, revient sur tout ce qui a changé dans sa vie depuis cette sombre nuit, où des inconnus sont venus lui mettre un couteau sous la gorge avant de s'enfuir avec sa caisse enregistreuse: "je n'ose pas toujours sortir de chez moi, parfois je n'ai pas le courage de garder la magasin ouvert, quand je découpe de la viande pour cuisiner je repense au couteau."

Mais Eva demande aussi justice, et réparation : qu'ils aient une peine juste, qu'ils puissent un jour se sortir du trou qu'ils se sont eux-même creusés, mais aussi 5.000€ provisionnels pour son commerce, qui a subi des dégâts et a dû être fermé plusieurs jours suite au braquage, et 5.000€ provisionnels pour le traumatisme qu'elle a vécu. Son commerce, elle l'a bâti de ses propres mains après avoir immigré d'Argentine. Criblée de dette suite à un ex malveillant, elle ouvrait tout de même tous les soirs, chaque jour, pour payer jusqu'au dernier cent ses nombreux créanciers. En tout cas jusqu'à ce 5 janvier 2020, date où tout a basculé pour elle.

Le 5 janvier 2020, les trois "loubards", Yacin, Matthew et Cassi étaient en manque. Ils ont chacun sombré dans la cocaïne à des moments différents, Matthew (22 ans) et Cassi (23 ans) sont devenus "meilleurs copains" toxicomanes, et Yacin les suit partout, malgré les quolibets et insultes qu'il reçoit régulièrement de leur part : ce sont les seuls qui veulent encore bien de lui, après qu'il a perdu son emploi, a plongé dans la drogue et a fini par perdre même sa propre famille à cause de sa dépendance. 

"Comment se payer un fix de coke?", se demandent-ils. Yacin a un couteau, et pendant que Matthew et Cassi montent la garde, il entre dans une boulangerie/pâtisserie pour voler la caisse du jour. Il est 11h30, ils repartent avec 190€ qui leur permettront d'acheter 2g de cocaïne. A 19 heures, le même jour, le manque se fait à nouveau ressentir. Yacin a toujours son couteau, et les deux comparses sont en état de faire le guet : ils décident de braquer le night-shop d'Eva, qui vient d'ouvrir. "Elle remettait des produits en rayon quand elle a entendu un bruit derrière elle, elle a voulu se retourner mais s'est retrouvée avec un couteau à steak sous la gorge", explique son avocate. "Ils ont démoli un présentoir valant 250 euros, une chicha à 75 euros et ils sont partis avec les 50 euros qu'il y avait dans la caisse..." non sans malmener Eva, qui ne voulait pas se laisser faire. 

Yacin, Matthew et Cassi ne se sont pas arrêtés là, puisqu'ils se sont ensuite dirigés vers le Carrefour Express, mais ont trouvé porte close. Et le lendemain, ils braquaient un de leur dealer, un certain Arthur, pour essayer de le délester de ses stupéfiants, dans une cité proche. Ils sont aussi inquiétés pour un vol de GSM sur une personne âgée et d'avoir volé des bouquins et des vinyles la nuit de Noël.

Un peu plus de six mois de prison plus tard, les trois prévenus ont la tête basse. Ils reconnaissent tous leur implication, et disent regretter leur geste. Pourtant, chez le plus jeune, Matthew, on a retrouvé une arme à canon rayé, un calibre 12, deux pistolets et un revolver, ainsi que des munitions. "Si on ne les avait pas arrêté, ils auraient continué", assène le ministère public. "En quelques heures, ils ont commis trois vols avec violence, ils ne comptaient pas s'arrêter là... peu importe le mal qu'ils font aux autres, peu importe tout, ce qui compte, c'est l'argent, pour se faire un fix. Il faut protéger la société de ce genre d'individus : je requiers 8 ans de prison ferme pour chacun d'entre eux."

Du côté de la défense, les trois avocats ont demandé un sursis probatoire pour leur client respectif: Yacin et Matthew s'engagent à suivre une cure de désintoxication, rester loin du milieu de la drogue, ne plus jamais consommer et rechercher activement du travail si les juges (ils étaient trois) leur permettent de ne pas rester en prison, où ils sont depuis plusieurs mois. 

Cassi va plus loin: il s'engage aussi à ne plus jamais avoir de contacts avec Matthew, son "meilleur ami", et à travailler pour indemniser les parties civiles selon ce que le tribunal décidera juste. "Vous pourriez mettre mon client en prison pour protéger la société, mais ça durerait quoi? Disons huit ans... et après? On peut aussi réfléchir autrement : après six mois de prison, il veut sortir dès que possible. Et il a la volonté de s'en sortir et se reprendre en main. Si les conditions de son sursis sont respectées, on ne protégera pas la société pendant huit ans, mais pendant toute la vie de mon client", dit l'avocat de ce dernier.

Jugement le 14 juillet.