Connu pour sa quiétude, le village de Neufvilles n’est plus fidèle à sa réputation depuis plusieurs mois. L’effondrement survenu sur la RN524 provoque en effet un charroi de véhicules dans les petites rues paisibles de Hubermont, des Charbonniers, du bas chemin ainsi qu'au chemin de Saint-Nicolas, devenues invivables. En plus de l’insécurité qui règne désormais dans ce secteur, les maisons du quartier tremblent et se fissurent suite à la vitesse excessive de nombreux camions. La situation a trop duré pour les riverains qui dénoncent le manque d’intervention de la Ville de Soignies.

"Depuis le 30 juin dernier, la RN524 est fermée à la circulation suite à un effondrement important qui a causé un énorme trou au niveau d’un tournant", indique C. Merlin, habitante de la rue Hubermont. "La route appartient à la Région wallonne qui met tout en œuvre pour tenter de régler le problème. Malheureusement, ces travaux, qui devraient encore prendre plusieurs années, provoquent des déviations vers nos rues, pas du tout adaptées à un tel trafic. Alors que peu de voitures les empruntent habituellement, le charroi y est désormais infernal."

© D.R.

En plus de voir le nombre de véhicules se multiplier dans sa rue, C. Merlin voit la sécurité des riverains être menacée par ce trafic intense et les vitesses excessives des véhicules qui l’empruntent. "La rue est normalement en double sens et limitée aux véhicules de moins de cinq tonnes. Elle est désormais mise en sens unique et accessible aux camions qui roulent à des vitesses folles. De nombreux marcheurs et cyclistes empruntent normalement notre rue pour rejoindre le Ravel, ils ne sont clairement plus en sécurité maintenant. Un monsieur se balade tous les jours dans la rue. Il y a peu, il a dû se coller à ma façade pour éviter un camion. La qualité de la route n’est pas non plus adaptée à une telle circulation. Ce sont des anciens chemins de terre où l’on a mis de l’asphalte par-dessus mais qui ne tient que très peu", confie C. Merlin.

Les conséquences de ce charroi se font également ressentir au sein des habitations. "Nos maisons tremblent à cause des camions qui roulent à vive allure. De nombreuses fissures apparaissent également au sein de mon habitation", explique C. Merlin. "Pour travailler à la maison, mon mari est obligé de mettre un casque anti-bruit pour ne pas être dérangé par la circulation. Nous avons tenté à de nombreuses reprises de joindre la Ville pour mettre des dispositifs en place pour ralentir les véhicules. Elle nous répond que c’est impossible. Je vais persister pour enfin me faire entendre."

© D.R.

En plus de vouloir faire ralentir les véhicules, C. Merlin et les riverains du village aimeraient que les rues Hubermont, des Charbonniers ainsi que le bas chemin et le chemin de Saint-Nicolas soient réservés à la desserte locale. Les personnes venant du sud du pays empruntent en effet ces routes afin de se rendre plus rapidement au parc animalier de Pairi Daiza. Un élément qui n’arrange rien aux affaires des habitants. "Je suis obligée de dormir à l’hôtel pour tenter d’avoir un peu de quiétude. Nous n’en voulons pas à la SPW qui tente de trouver des solutions pour réparer la RN524 mais bien à la Ville de Soignies qui ne fait rien pour arranger la situation. On dit souvent qu’à Soignies, les politiques ne s’occupent que de la ville et pas des villages. On en a une nouvelle fois la preuve", conclut C. Merlin.

Malgré de multiples tentatives, il ne nous a pas été possible d'obtenir la réaction de la Ville de Soignies.