Le coronavirus n'aura pas épargné la Cité des Remparts. Comme partout en Belgique et dans le reste du monde, la pandémie et les mesures sanitaires qui sont prises pour l'enrayer affectent la société. Si bien que les autorités binchoises ont annoncé la mise en place d'un plan d'action pour affronter la crise.

Ce vendredi, le bourgmestre Laurent Devin a dévoilé toute une série de mesures. Une ligne téléphonique va ainsi être ouverte pour permettre à ceux qui en ont besoin d'être écoutés et aidés. Pour soutenir les commerçants et appuyer le pouvoir d'achat des Binchois, la Ville va prendre en charge 25% de chèques de 100 et 50 euros qui seront à faire valoir auprès des commerçants locaux. Un budget de 25.000 euros a été débloqué pour financer cette opération qui va s'étaler sur trois mois. Les subsides prévus pour les associations sportives, folkoriques, culturelles ou encore patriotiques, seront maintenus en 2021, même si ces associations n'ont pas eu d'activités en raison de la crise sanitaire.

Différentes mesures sont également annoncées pour le numérique, devenu incontournable par ces temps de confinement. La Ville de Binche va ainsi ouvrir un Espace Public Numérique au sein de sa bibliothèque communale pour ceux qui ne disposeraient pas d'ordinateur et de connexion Internet. Pendant les congés de fin d'année et en vue du blocus de l'enseignement supérieur, les salles communales seront également ouvertes aux étudiants qui doivent bucher. Certaines seront équipées d'ordinateurs. Par ailleurs, le secteur culturel étant particulièrement impacté, une plateforme en ligne va être ouverte pour permettre aux artistes de s'exprimer.

Notons enfin que pour les personnes ayant des difficultés à se déplacer, un service de livraison à domicile est annoncé pour les produits de première nécessité comme les médicaments ou l'alimentaire. "Avec le CPAS, nous avons déjà aidé des centaines de Binchois qui vivent des difficultés particulières avec cette pandémie. Binche a aussi prouvé qu'elle était une ville solidaire, comme avec cette formidable chaine qui s'est mise en place pour la confection de masques sous l'impulsion de Colette Agnello", indique le bourgmestre Laurent Devin. "Aujourd'hui, nous voulons aller plus loin. Binche est aussi une ville dynamique et c'est pourquoi nous avons voulu développer différentes actions."

On remarquera que par rapport à d'autres communes de la région qui ont débloqué des primes pour les commerçants ou distribué des bons d'achat, le plan d'action de la Ville de Binche arrive un peu tard. Le budget de 25.000 euros prévus pour les chèques peut également sembler relativement faible. Toutes proportions gardées, la Ville de Mons a par exemple investi 8 millions d'euros dans son plan de relance communal. Les communes de Lens ou d'Hensies ont respectivement débloqué 81.500 et 300.000 euros pour la distribution de chèques. Mais ces actions ont été financées à l'aide d'emprunts. Un choix que Binche n'a pas souhaité prendre.

"La Ville de Binche est en bonne santé financière et il n'y a pas d'emprunt pour financer les actions que nous mettons en place. Les 25.000 euros prévus pour couvrir les 25% des chèques ont ainsi été mis à disposition grâce à un article budgétaire qui nous permettait de débloquer cette somme. Et ça pourra être renouvelé", explique Laurent Devin. "Grâce à un subside du fédéral, il y a par ailleurs une enveloppe de près d'un demi-million d'euros qui est disponible auprès du CPAS pour les personnes qui en ont besoin. C'est à disposition de tous les citoyens, y compris les indépendants. Tout le monde n'est pas impacté de la même manière par cette crise, nous préférons des aides proportionnées. Enfin, le dispositif qui est mis en place aujourd'hui pourrait être amené à évoluer par la suite."

Le bourgmestre ajoute d'ailleurs qu'un service de "click-and-collect" va aussi être mis en place pour les commerçants. Ces derniers disposeront en outre d'une ligne téléphonique spécifique auprès du service des Affaires économiques.