C'est un gros coup dans l'eau pour la société Evillas. Du moins pour le moment. Déjà à l'initiative d'une quinzaine de maisons construites en 2017 à la rue de l'Hospice (Houdeng-Aimeries), elle souhaitait cette fois créer tout un nouveau quartier sur la grande parcelle de 11 hectares située au milieu de la rue de la Gripagne, la rue de l'Hospice, la rue de l'Infante Isabelle, la rue du Home et l'avenue du Bailli. Mais le projet vient d'être recalé par le Collège communal de La Louvière. La demande de permis, déposée en juin 2019, est donc refusée. 

"Ce projet s'implante au cœur d'un îlot délimité par plusieurs rues", explique Pascal Leroy, échevin en charge de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire, qui s'est étendu sur ce dossier ce mardi soir à l'occasion du conseil communal. "L'ensemble des seize parcelles concernées s'étendent sur une surface d'environ 11 hectares. Après analyse du dossier, il apparaît clairement que la densité d'habitation du projet présenté, soit 23 logements à l'hectare (NdlR : et donc plus de 250 logements), est jugée trop importante."

© DR

Par ailleurs, la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles (CRMSF) estime qu'il est nécessaire que ce projet d'envergure soit davantage aéré et alimenté d'un réel plan d'aménagement paysager. Mais aussi qu'il se présente comme un parc paysager "habité" et non un simple lotissement considérant sa proximité avec le site minier majeur du Bois-du-Luc et les ascenseurs du Canal du Centre, deux biens inscrits sur la liste du Patrimoine mondial.

"Nous apporterons donc un attention tout particulière à l'intégrartion dans un contexte patrimonialement existant", poursuit Pascal Leroy. "Nous connaissons La Louvière et les différentes composantes qui foisonnent son paysage. ce sont des éléments qu'il faut prendre en compte en vue d'une urbanisation future et surtout pérenne. Les terrils, zones boisées, zones humides ou prairies donnent à notre localité une richesse en termes de biodiversité. Il est donc primordial de valoriser chaque nouvel espace afin de se reconnecter à notre ville."

En clair, le Collège communal ne ferme pas totalement la porte au projet. Il demande à ce que la société Evillas le modifie et le fasse évolue de manière quantitative mais aussi dans sa morphologie. "La Ville prône d'ailleurs une philosophie d'aménagement du territoire à l'horizon 2050 à savoir : éviter de consommer du sol fertile, donner plus d'espace à l'eau, valoriser la proximité des transports en commun, valoriser le réseau écologique, etc. Tout cela vise à valoriser tous les potentiels du territoire dans un horizon de transition écologique, sociale et économique et afin de lutter contre l'étalement urbain."